One month after the start of the uprising in Chile

Leave a comment

22/11/2019 by socialistfight

Conservative billionaire Sebastian Pinera was sworn in as Chile’s president on Sunday for the second time in eight years. (12 March 2018)

A month has passed since the beginning of an insurgency in Chile. The mass uprising put the government of Sebastion  Piaera, one of the richest men on the continent, in the ropes. In the face of this movement, he proposed minimum concessions that are only a trap to demobilize the working class and the youth.

In addition, the crackdown has led to very serious human rights violations, such as torture and sexual abuse. To date, official figures show 23 dead, more than 3,000 injured, more than 200 of whom suffered eye damage, with permanent loss of visibility in one of their eyes.

“The greater the spontaneous growth of the masses and the more widespread the movement, the faster the demand for greater awareness in theoretical, political and organizational work, the more incomparably it is stronger.” (Lenin, What is to be done?,  1902)

The social outbreak in Chile puts on the table the possibility of fundamental change, with enormous repercussions throughout Latin America and beyond. For their part, the government and the bourgeois parties have responded with repression, curfews, the state of emergency and, at the same time, the dissemination of false concessions with the intention of disabling the movement. The general strike of 12 November marked a new turning point that continues to strengthen the movement’s confidence. This successful strike has worried the ruling class and precipitated the so-called “peace agreement and the new constitution”, the last act of cunning of the regime parties.

The agreement was reached in the early hours of Friday morning and brought together the parties of Chile Vamos  (the right-wing coalition in government), the formerConcertacion  Nueva  Mayora (a centre-left coalition that has been in power for more than 20 years after the end of the dictatorship) and some parties of the  Frente  Amplio  (a broad coalition of liberal and left-wing groups). The Communist Party was a notable exception.

Piaera’s insistence on compensating for his political weakness with military intervention has even left the police and military forces on a bad base. During the first week of protests, the state of emergency and curfew were finally undone by the fighting spirit of the masses in the streets. There appear to be disagreements between military commanders and the ruling party, which has been controversial in recent hours.

One is related to the negative response that the High Command of the Armed Forces would have given to the suggestion of Piaeraon Tuesday evening to declare a new state of emergence. The president had an impromptu meeting with the ministers of defense and interior in the government palace. There were tense moments when we heard that an announcement was going to be made to declare a state of emergency and even a curfew.

The movement in Chile raises the possibility of fundamental change, with huge repercussions in Latin America and beyond

A few weeks after declaring a “war on a powerful enemy”, Piaera  now wanted to convince us of a “peace agreement”. He insisted on some concessions as part of his so-called “social agenda” and continued to threaten to enforce the state’s internal security law against protesters. A seemingly improvised speech, which raised doubts about the state of the president’s relations with ministers, government parties and, on the whole, military commanders. In addition, retired police officers have been called back into duty, a sign of the significant wear and tear that is already affecting the police. Even general manager Mario  Rozas,in an audio leak, says he is “scared to death” by the events.

With the government’s repression and provocations, their minds naturally ignite more and more. The masses have lost their fear and are improving their methods of self-defense. But all these factors in the equation are evolving at uneven speeds.

The conscience and class organization, the divisions and grouping of the regime, the morale of the repressive forces and the spirit of the masses are all at different stages that are not always in harmony with a pre-established pattern of revolution. In a political conflict, timing and fortuitous events can be decisive factors. The clear direction that determined worker leadership can give the movement is now urgent.

November 12: Workers on the street!

A week ago, a 24-hour general strike was prepared for Tuesday, November 12. The National Strike Committee, also supported by the Council of Social Unity (a major front with the main trade unions and more than 200 organisations) called for an effective halt and mass demonstrations in each city. Unions in all sectors – ports, mines, construction, industry, trade and financial services, education, health, agriculture, agribusiness and public services – have come together to demand structural changes to the system, a requirement that the movement identifies with a new Constitution.

We must stress the importance of this fact for the development of the movement. A general strike clearly demonstrates the power of the working class in a capitalist society, the power to paralyze all production, transport, etc. It is in these moments that the class becomes aware of its own power. Of course, the general strike puts the whole movement in a position of strength, because it affects the economic interests of the capitalist class, the owners of Chile. This raises the fundamental question of who actually makes the economy and society work. In the end, a general strike would eventually raise the question of power. In this sense, the working class is essential, not necessarily as a group based on shared belonging or identity, but because of the role it plays in a capitalist society. Especially since it is a class exploited collectively that is historically in conflict with the capitalist class: a minority that lives at the expense of the work of the majority.

The general strike was massively observed, with the paralysis of the main productive sectors. It is very important to point out that this qualitative change in the character of the mobilizations, putting the general strike and the working class at the forefront, has pushed the parties of the regime to take the initiative in the conflict and even to try to lead the movement (we will explain below the “agreement for peace and a new constitution” proposed by the parties).

While the movement remains within the confines of the great days of protests, with fierce battles between protesters and the police, the government can maintain some media control over public opinion. Thus, the police are presented as a heroic protector of private property and “citizens” who protest peacefully. But with the introduction of the methods of struggle of the working class (the general strike, organized self-defence) puts the situation on a qualitatively superior level.

Some trade union and left-wing organizations have for years maintained a pessimism that considered social change impossible: a skepticism that prevailed in academic and intellectual circles. For our part, Marxists rely fully on the creative capacity of human work, not as mere slaves of capital, but as an emancipatory activity that defines what is truly human in close relation to nature and Company. For this reason, we believe that the working class has the capacity to transform society, because objectively it supports society day after day with its work. What is missing is the subjective factor, that is, the ability of workers to become aware of their own situation and to take control of their own strength.

Most people know that they don’t want the Piaera government or the Pinochet constitution. But it is not clear to everyone how to achieve the society they want. The most recent political development – the agreement for a new constitution endorsed by right-wing parties, “transition” parties and elements of the  Amplio Front – has dispelled some doubts about institutional paths, but poses new questions.

Leon Trotsky, the great leader of the Russian Revolution, pointed out the following about this spirit of the masses:

“The rapid changes in opinion and mood of the masses in an era of revolution are therefore not the result of the flexibility and mobility of the mind of man, but rather of his profound conservatism. The chronic delay of ideas and relationships behind the new objective conditions, until they crash into people in the form of a catastrophe, is what creates in a period of revolution that blows up the movement of ideas and passions (…) The masses enter a revolution not with a prepared plan of social reconstruction, but with an acute feeling that they cannot bear the old regime. Only the ruling strata of a class have a political agenda, and even this still requires the test of events, and the approval of the masses. The fundamental political process of the revolution therefore consists in the gradual understanding by a class of the problems posed by the social crisis – the active orientation of the masses by a method of successive approximations.” (Trotsky, Preface to The History of the Russian Revolution, 1932)

About the Constituent Assembly

The debate on a new Constitution involved all sectors and political groups in the country. In 2017, at the end of nueva  Mayor’sgovernment,formerPresident Michelle Bachelet proposed a mechanism for a new constitution. However, this proposal was met with obstruction from the right-wing opposition and the absence of binding Aboriginal consultation. Above all, one thing was missing. Today, we are witnessing the mobilization of a mass movement that is rushing to change the illegitimate constitution of the military dictatorship.

This consensus is now overwhelming. According to the latest CADEM survey, 78% of respondents believe that a constitutional change is necessary. More than half of those polled believe it is “absolutely necessary” to draft a new constitution. The fact that the 1980 Constitution still governs clearly reflects the way the current regime was built, with an agreement from above with the dictatorship rather than a revolutionary overthrow from below. Opposition to the 1980 Constitution therefore opposes the entire existing regime.

However, we must make it clear that it was not the existence of the 1980 Constitution that allowed the plundering of labour and nature, denying access to basic goods and services such as health, education and housing; in addition to the plundering of Mapuche territory for the benefit of forestry companies. On the contrary, the Chilean ruling class has imposed a brutal capitalist system, and the Constitution reflects this, not the other way around.

In this sense, the state and the ruling class have used the Constitution to justify inequality. Rosa Luxemburg highlighted this situation:

“On the one hand, the state probably assumes functions of general interest in the sense of social development”; but, on the other hand, it does so only “to the extent that general and social interests coincide with the interests of the ruling class” (Luxembourg, reform or revolution? 1896).

A constitution may contain very advanced democratic principles and progressive clauses, but after all, a constitution is nothing more than a piece of paper. None of this is really guaranteed under the capitalist regime, and all these formal rights are constantly being attacked by capitalism in crisis. What determines the rights and conquests of the working class is the real correlation of forces in their confrontation with the capitalist class. It is clear that there is broad support for the amendment to the Constitution. But we must warn that a new constitution, however democratic, does not change the relationship of production in society and therefore will not be able to guarantee the rights and demands of the movement.

No more parliamentary farce. For a workers’ government!

The support of the masses on the street for a Constituent Assembly represents their aspiration for fundamental social change and a rejection of the entire existing regime. The government’s response has been to try at all costs to preserve the legitimacy of Congress. Even the right-wing parties, faced with the danger of being swept away by the uprising, were forced to forge an agreement with the opposition to disable the movement. Hence the so-called “peace agreement and the new constitution” signed by all parties, from the right to the government to the Socialist Party and the broader “left-wing” Front, with the sole exception of the Communist Party.

The agreement proposes two methods that will be put to a vote in a plebiscite in April next year. The “Constitutional Mixed Convention” made up of delegates from the current congress. This is the government’s trap: its provisions are for a bourgeois democracy. This was rightly rejected by the movement.

The agreement introduces another option called the “Constituent Convention.” In reality, it is the election of a Constituent Assembly (which, in the present circumstances, is nothing more than a bourgeois democratic parliament), with the peculiarity that its task is to draft a new constitution. Those running for such an election are either existing parties, or in the event that the parties were not allowed to run, they would probably be “experts” (lawyers, constitutionalists, economists, etc.) who, at the end of their owe their allegiance to the same existing political parties that have access to the media, etc. For example, it is proposed that the election of members of the Constituent Assembly should be held in conjunction with the october 2020 regional and municipal elections.

The election of deputies to this Constituent Assembly would not take place in the workers’ assemblies or in the territorial assemblies where the working class deliberates, but by a bourgeois democratic vote where citizens (individualandande and atomized) are placed ballot box and cast their vote on one of the options the plan allows.

In addition, the rules of this Constituent Convention are rigged. Any decision would require a 2/3 majority, which means that a small right-wing bloc of 1/3 would have the right to veto any majority decision.

The response from some trade unions and social organisations was not long in coming. A massive appeal on Friday (November 15th) clearly rejected the signing of the agreement by the political parties. The uprising rejects the entire regime and is therefore not prepared to accept that it is the regime itself that decides what changes to make.

“Chile is not for sale” is the slogan of the ACES (association of high school students), which also calls on the people, anti-capitalist organizations, social unity and territorial assemblies to continue the mobilization. That is to say against the neoliberal model and the Piaeragovernment. The Council of Social Unity, the National Association of Tax Employees (ANEF) and teachers’ unions, among others, denounced the legitimacy of this parliamentary agreement.

“The people are tired of being treated like slaves or criminals. If you don’t have an important last name or don’t have money you are nothing.

The activist Chilean Port Workers’ Union and the Social Unit empsang the incongruities of this farce with the original demands of the people. Social Unit explains: “It is telling that the Agreement includes mechanisms that we categorically reject: 1) a high quorum that perpetuates the veto of minorities. 2) Discriminates against people under the age of 18. 3) Does not include mechanisms of multi-national participation and gender parity. 4) It establishes a mechanism for the representation and functional election of political parties that have been responsible for the current political and social crisis.” These points are clear in denouncing the deception of this agreement. But we must insist that the issue is not form, but content. Regardless of the technical arguments, the content is determined by the corrupt parties who have concluded this agreement behind the back of the people. The streets demand the resignation of businessman-president Piaera. Workers must dismantle this regime and, after that, they can use their own power through their own democratic bodies in the way they deem appropriate.

In addition, these organizations, which are objectively at the head of the movement, through the Council of Social Unity, have said that they will call for a new general strike. That is correct, given the urgent circumstances in the country. But there is also a general strike, not just a 24- or 48-hour event. It is necessary to move on to the next step, a qualitative leap. This time, the tendencies towards self-organization of workers and communities must be developed to the maximum, in an indefinite general strike. Territorial assemblies and open councils must be strengthened and coordinated by elected delegates and revocable in regional and national councils. Self-defence organizations must be created to deal with police repression. The people have shown tremendous disposition in battle, but their patience and heroism cannot be betrayed. It is now that an offensive that overthrows the government and businessman President Sebastion  Piaera  must be organized effectively.

In fact, what is being raised right now is the possibility of the working class taking power. If there were a revolutionary leadership worthy of what this uprising has already accomplished, the convening of a large National Workers’ Assembly would be discussed, with delegates elected in the Territorial Assemblies, the Cabildos and the self-convened assemblies, or the Strike Committees. Such an Assembly would consider taking power and expropriating the bourgeoisie and multinationals. Only in this way, by taking control of the means of production, can we solve the serious problems that gave rise to this movement. It is about ending NOW the power of entrepreneurs in education, health, pensions, housing, etc. This cannot wait until 2021 for their parliamentary arrangements and farce. We must demand a minimum wage of 500,000 pesos. A minimum pension equal to the minimum wage. Nationalize natural resources, lithium, copper and water under the control of workers and communities. We want to expel immediately the forestry, hydroelectric and mining companies that plunder the Mapuche territory and its inhabitants. The thousands of Mapuche flags bear witness to this deep sense of solidarity of the Chilean people. For its part, the Mapuche nation must be the protagonist of its own history. It’s time!

Without justice, there will never be peace! There can be no agreement written in the blood of our dead!

Piaera, out!

A plan for nationalization and social rights NOW!

National coordination of all assemblies and councils!

National Workers’ Assembly! For a workers’ government!

Un mois après le début de l’insurrection au Chili

Un mois s’est écoulé depuis le début d’un mouvement insurrectionnel au Chili. Le soulèvement de masse a mis le gouvernement de Sebastián Piñera, l’un des hommes les plus riches du continent, dans les cordes. Face à ce mouvement, il a proposé des concessions minimales qui ne sont qu’un piège pour démobiliser la classe ouvrière et la jeunesse.

En outre, la répression a entraîné de très graves violations des droits de l’homme, telles que la torture et les abus sexuels. A ce jour, les chiffres officiels font état de 23 morts, plus de 3 000 blessés, dont plus de 200 ont subi des lésions oculaires, avec perte permanente de visibilité dans l’un de leurs yeux.

“Plus l’essor spontané des masses est grand et plus le mouvement est répandu, plus la demande d’une plus grande prise de conscience dans le travail théorique, politique et organisationnel est rapide, incomparablement plus elle est forte”. (Lénine, Que faut-il faire ?, 1902)

La flambée sociale au Chili met sur la table la possibilité d’un changement fondamental, avec d’énormes répercussions dans toute l’Amérique latine et au-delà. Pour leur part, le gouvernement et les partis bourgeois ont réagi par la répression, les couvre-feux, l’état d’urgence et, en même temps, la diffusion de fausses concessions avec l’intention de désactiver le mouvement. La grève générale du 12 novembre a marqué un nouveau tournant qui continue de renforcer la confiance du mouvement. Cette grève réussie a inquiété la classe dirigeante et a précipité le soi-disant “accord de paix et la nouvelle constitution”, le dernier acte de ruse des partis du régime. Cet accord a été conclu aux petites heures du matin vendredi et a réuni les partis de Chile Vamos (la coalition de droite au gouvernement), de l’Ex-Concertación Nueva Mayoría (coalition de centre-gauche au pouvoir depuis plus de 20 ans après la fin de la dictature) et certains partis du Frente Amplio (une large coalition de groupes libéraux et de gauche). Le Parti communiste constituait une exception notable.

L’insistance de Piñera à compenser sa faiblesse politique par une intervention militaire a même laissé la police et les forces militaires sur une mauvaise base. Au cours de la première semaine de protestations, l’état d’urgence et le couvre-feu ont finalement été défaits par l’esprit combatif des masses dans les rues. Il semble y avoir des désaccords entre les commandants militaires et le parti au pouvoir, ce qui a suscité des controverses ces dernières heures. L’une est liée à la réponse négative que le haut commandement des forces armées aurait donnée à la suggestion de Piñera, mardi soir, de déclarer un nouvel état d’émergence. Le président a eu une réunion impromptue avec les ministres de la Défense et de l’Intérieur dans le palais du gouvernement. Il y a eu des moments de tension où l’on a entendu dire qu’une annonce allait être faite pour décréter l’état d’urgence et même un couvre-feu.

Le Chili proteste ES 1 Utilisation équitable de l’image

Le mouvement au Chili pose la possibilité d’un changement fondamental, avec d’énormes répercussions en Amérique latine et au-delà / Image : fair use

Quelques semaines après avoir déclaré la “guerre contre un ennemi puissant”, Piñera voulait maintenant nous convaincre d’un “accord de paix”. Il a insisté sur certaines concessions dans le cadre de son soi-disant “agenda social” et a continué à menacer d’appliquer la loi de sécurité intérieure de l’Etat contre les manifestants. Un discours apparemment improvisé, qui a soulevé des doutes sur l’état des relations du président avec les ministres, les partis du gouvernement et, dans l’ensemble, les commandants militaires. De plus, des policiers à la retraite ont été rappelés en service, signe de l’usure importante qui affecte déjà la police. Même le directeur général Mario Rozas, dans une fuite audio, indique qu’il est “effrayé à mort” par les événements.

Avec la répression et les provocations du gouvernement, leur esprit s’enflamme naturellement de plus en plus. Les masses ont perdu leur peur et améliorent leurs méthodes d’autodéfense. Mais tous ces facteurs de l’équation évoluent à des vitesses inégales.

La conscience et l’organisation de classe, les divisions et le regroupement du régime, le moral des forces répressives et l’esprit des masses sont tous à des stades différents qui ne sont pas toujours en harmonie avec un schéma préétabli de révolution. Dans un conflit politique, le choix du moment et les événements fortuits peuvent être des facteurs décisifs. L’orientation claire qu’un leadership ouvrier déterminé peut donner au mouvement est maintenant urgente.

12 novembre : les travailleurs dans la rue !

Il y a une semaine, une grève générale de 24 heures a été préparée pour le mardi 12 novembre. Le comité national de grève, également soutenu par le Conseil de l’unité sociale (un grand front avec les principaux syndicats et plus de 200 organisations) a appelé à un arrêt effectif et à des manifestations massives dans chaque ville. Les syndicats de tous les secteurs – ports, mines, construction, industrie, commerce et services financiers, éducation, santé, agriculture, agro-industrie et services publics – se sont unis pour exiger des changements structurels au système, une exigence que le mouvement identifie à une nouvelle Constitution.

Nous devons insister sur l’importance de ce fait pour le développement du mouvement. Une grève générale démontre clairement le pouvoir de la classe ouvrière dans une société capitaliste, le pouvoir de paralyser toute la production, les transports, etc. C’est dans ces moments-là que la classe prend conscience de son propre pouvoir. Évidemment, la grève générale met tout le mouvement en position de force, car elle touche aux intérêts économiques de la classe capitaliste, les propriétaires du Chili. Cela soulève la question fondamentale de savoir qui fait réellement fonctionner l’économie et la société. En fin de compte, une grève générale finirait par poser la question du pouvoir. En ce sens, la classe ouvrière est essentielle, pas nécessairement en tant que groupe basé sur une appartenance ou une identité partagée, mais en raison du rôle qu’elle joue dans une société capitaliste. D’autant plus qu’il s’agit d’une classe exploitée collectivement qui est historiquement en conflit avec la classe capitaliste : une minorité qui vit aux dépens du travail de la majorité.

La grève générale a été massivement observée, avec la paralysie des principaux secteurs productifs. Il est très important de souligner que ce changement qualitatif dans le caractère des mobilisations, mettant la grève générale et la classe ouvrière au premier plan, a poussé les parties du régime à prendre l’initiative dans le conflit et même à essayer de mener le mouvement (nous allons expliquer ci-dessous l'”accord pour la paix et une nouvelle constitution” proposé par les parties).

Le Chili proteste ES 12 Utilisation équitable de l’image

La grève générale du 12 novembre a été massivement observée / Image : fair use

Alors que le mouvement reste dans les limites des grandes journées de protestations, avec des batailles acharnées entre les manifestants et la police, le gouvernement peut maintenir un certain contrôle médiatique sur l’opinion publique. Ainsi, la police est présentée comme un protecteur héroïque de la propriété privée et des “citoyens” qui protestent pacifiquement. Mais avec l’entrée en scène des méthodes de lutte de la classe ouvrière (la grève générale, l’autodéfense organisée) met la situation sur un plan qualitativement supérieur.

Certaines organisations syndicales et de gauche maintiennent depuis des années un pessimisme qui considérait le changement social comme impossible : un scepticisme qui prévalait dans les milieux universitaires et intellectuels. Pour notre part, les marxistes s’appuient pleinement sur la capacité créatrice du travail humain, non pas comme de simples esclaves du capital, mais comme une activité émancipatrice qui définit ce qui est proprement humain en relation étroite avec la nature et la société. Pour cette raison, nous pensons que la classe ouvrière a la capacité de transformer la société, parce qu’objectivement elle soutient la société jour après jour avec son travail. Ce qui manque, c’est le facteur subjectif, c’est-à-dire la capacité des travailleurs à prendre conscience de leur propre situation et à prendre le contrôle de leur propre force.

La plupart des gens savent qu’ils ne veulent pas du gouvernement Piñera ou de la constitution Pinochet. Mais il n’est pas clair pour tout le monde comment atteindre la société qu’ils veulent. L’évolution politique la plus récente – l’accord pour une nouvelle constitution souscrite par les partis de droite, les partis de “transition” et des éléments du Front Amplio – a dissipé certains doutes quant aux voies institutionnelles, mais pose en revanche de nouvelles questions.

Léon Trotsky, le grand chef de la Révolution russe, a souligné ce qui suit au sujet de cet esprit des masses :

“Les changements rapides d’opinion et d’humeur des masses à une époque de révolution ne découlent donc pas de la flexibilité et de la mobilité de l’esprit de l’homme, mais au contraire de son profond conservatisme. Le retard chronique des idées et des relations derrière les nouvelles conditions objectives, jusqu’au moment où ces dernières s’écrasent sur les gens sous la forme d’une catastrophe, est ce qui crée dans une période de révolution qui fait sauter le mouvement des idées et des passions (…) Les masses entrent dans une révolution non avec un plan préparé de reconstruction sociale, mais avec un sentiment aigu qu’elles ne peuvent supporter le vieux régime. Seules les couches dirigeantes d’une classe ont un programme politique, et même cela nécessite encore l’épreuve des événements, et l’approbation des masses. Le processus politique fondamental de la révolution consiste donc dans la compréhension progressive par une classe des problèmes posés par la crise sociale – l’orientation active des masses par une méthode d’approximations successives”. (Trotsky, Préface de L’histoire de la révolution russe, 1932)

A propos de l’Assemblée constituante

Le débat sur une nouvelle Constitution a impliqué tous les secteurs et groupes politiques du pays. En 2017, à la fin du gouvernement de Nueva Mayoría, l’ex-présidente Michelle Bachelet a proposé un mécanisme pour une nouvelle constitution. Toutefois, cette proposition s’est heurtée à l’obstruction de l’opposition de droite et à l’absence d’une consultation autochtone contraignante. Par-dessus tout, il manquait une chose. Aujourd’hui, nous assistons à la mobilisation d’un mouvement de masses qui s’empresse de modifier la constitution illégitime de la dictature militaire.

Ce consensus est maintenant écrasant. Selon la dernière enquête du CADEM, 78 % des personnes interrogées estiment qu’une modification de la constitution est nécessaire. Plus de la moitié des personnes interrogées estiment qu’il est “absolument nécessaire” de rédiger une nouvelle constitution. Le fait que la Constitution de 1980 gouverne toujours reflète clairement la manière dont le régime actuel a été construit, avec un accord d’en haut avec la dictature plutôt qu’un renversement révolutionnaire d’en bas. L’opposition à la Constitution de 1980 s’oppose donc à l’ensemble du régime existant.

Cependant, nous devons dire clairement que ce n’est pas l’existence de la Constitution de 1980 qui a permis le pillage du travail et de la nature, refusant l’accès aux biens et services de base tels que la santé, l’éducation et le logement ; en plus du pillage du territoire mapuche au profit des compagnies forestières. Bien au contraire, la classe dirigeante chilienne a imposé un système capitaliste brutal, et la Constitution en est le reflet, et non l’inverse.

En ce sens, l’État et la classe dirigeante ont utilisé la Constitution pour justifier l’inégalité. Rosa Luxemburg a souligné cette situation :

“D’une part, l’Etat assume sans doute des fonctions d’intérêt général au sens du développement social ” ; mais, d’autre part, il ne le fait que ” dans la mesure où les intérêts généraux et sociaux coïncident avec les intérêts de la classe dirigeante ” (Luxembourg, réforme ou révolution ? 1896).

Une constitution peut contenir des principes démocratiques très avancés et des clauses progressistes, mais après tout, une constitution n’est rien de plus qu’un bout de papier. Rien de tout cela n’est vraiment garanti sous le régime capitaliste, et tous ces droits formels sont constamment attaqués par le capitalisme en crise. Ce qui détermine les droits et les conquêtes de la classe ouvrière est la corrélation réelle des forces dans leur confrontation avec la classe capitaliste. Il est évident que la modification de la Constitution bénéficie d’un large soutien. Mais nous devons mettre en garde contre le fait qu’une nouvelle constitution, si démocratique soit-elle, ne change pas les rapports de production dans la société et ne pourra donc pas garantir les droits et les revendications du mouvement.

Plus de farce parlementaire. Pour un gouvernement ouvrier !

Le soutien des masses dans la rue à une Assemblée constituante représente leur aspiration à un changement social fondamental et un rejet de l’ensemble du régime existant. La réponse du gouvernement a été d’essayer à tout prix de préserver la légitimité du Congrès. Même les partis de droite, confrontés au danger d’être emportés par le soulèvement, ont été contraints de forger un accord avec l’opposition afin de désactiver le mouvement. D’où ce que l’on appelle “l’accord de paix et la nouvelle constitution” signés par tous les partis, de la droite au gouvernement jusqu’au Parti socialiste et au Front élargi “de gauche”, à la seule exception du Parti communiste.

L’accord propose deux méthodes qui seront soumises au vote lors d’un plébiscite en avril de l’année prochaine. La “Convention Mixte Constitutionnelle”, composée de délégués issus du congrès en cours. C’est le piège du gouvernement : ses dispositions sont pour une démocratie bourgeoise. Cela a été rejeté à juste titre par le mouvement.

L’accord présente une autre option appelée “Convention constitutive”. En réalité, il s’agit de l’élection d’une Assemblée constituante (qui, dans les circonstances actuelles, n’est rien de plus qu’un parlement démocratique bourgeois), avec la particularité que sa tâche est d’élaborer une nouvelle constitution. Ceux qui se présentent à une telle élection sont soit des partis existants actuels, soit dans le cas où les partis n’auraient pas été autorisés à se présenter, ils seraient probablement des “experts” (avocats, constitutionnalistes, économistes, etc.) qui, en fin de compte, doivent leur allégeance aux mêmes partis politiques existants qui ont accès aux médias, etc. Par exemple, il est proposé que l’élection des membres de l’Assemblée constituante se fasse conjointement avec les élections régionales et municipales d’octobre 2020.

L’élection des députés à cette Assemblée constituante ne se ferait pas dans les assemblées ouvrières ou dans les assemblées territoriales où la classe ouvrière délibère, mais par un vote démocratique bourgeois où les citoyens (individués et atomisés) sont placés devant une urne et émettent leur vote pour une des options que le régime permet.

En outre, les règles de la présente Convention constitutive sont truquées. Toute décision nécessiterait une majorité de ⅔, ce qui signifie qu’un petit bloc de droite de ⅓ aurait le droit d’opposer son veto à toute décision majoritaire.

La réponse de certains syndicats et organisations sociales n’a pas tardé à venir. Un appel massif lancé le vendredi 15 novembre a clairement rejeté la signature de cet accord par les partis politiques. Le soulèvement rejette l’ensemble du régime et n’est donc pas prêt à accepter que ce soit le régime lui-même qui décide des changements à apporter.

“Le Chili n’est pas à vendre” est le slogan de l’ACES (association des lycéens), qui appelle également le peuple, les organisations anticapitalistes, l’unité sociale et les assemblées territoriales à poursuivre la mobilisation. C’est-à-dire contre le modèle néolibéral et le gouvernement Piñera. Le Conseil de l’unité sociale, l’Association nationale des employés fiscaux (ANEF) et les syndicats d’enseignants, entre autres, ont dénoncé la légitimité de cet accord parlementaire.

Le militant Syndicat des travailleurs portuaires du Chili et l’Unité sociale ont souligné avec emphase les incongruités de cette farce avec les demandes originales du peuple. Unité Social explique ce qui suit : “Il est révélateur que l’Accord comprenne des mécanismes que nous rejetons catégoriquement : 1) un quorum élevé qui perpétue le veto des minorités. 2) Discrimine les personnes de moins de 18 ans. 3) Ne comprend pas les mécanismes de participation plurinationale et de parité entre les sexes. 4) Il établit un mécanisme de représentation et d’élection fonctionnelle des partis politiques qui ont été responsables de la crise politique et sociale actuelle.” Ces points sont clairs dans la dénonciation de la supercherie de cet accord. Mais nous devons insister sur le fait que la question n’est pas la forme, mais le contenu. Indépendamment des arguments techniques, le contenu est déterminé par les parties corrompues qui ont conclu cet accord dans le dos du peuple. Les rues exigent la démission de l’homme d’affaires-président Piñera. Les travailleurs doivent démanteler ce régime et, après cela, ils peuvent utiliser leur propre pouvoir par l’intermédiaire de leurs propres organes démocratiques de la manière qu’ils jugent appropriée.

En outre, ces organisations qui sont objectivement à la tête du mouvement, par l’intermédiaire du Conseil de l’unité sociale, ont déclaré qu’elles allaient appeler à une nouvelle grève générale. C’est exact, étant donné les circonstances urgentes que traverse le pays. Mais il faut aussi prévoir une grève générale, pas seulement un événement de 24 ou 48 heures. Il est nécessaire de passer à l’étape suivante, un saut qualitatif. Cette fois, les tendances à l’auto-organisation des travailleurs et des communautés doivent être développées au maximum, dans une grève générale indéfinie. Les assemblées territoriales et les conseils ouverts doivent être renforcés et coordonnés par des délégués élus et révocables dans les conseils régionaux et nationaux. Des organisations d’autodéfense doivent être créées pour faire face à la répression policière. Le peuple a fait preuve d’une formidable disposition au combat, mais sa patience et son héroïsme ne peuvent être trahis. C’est maintenant qu’une offensive qui renverse le gouvernement et l’homme d’affaires président Sebastián Piñera doit être organisée efficacement.

En fait, ce qui est soulevé en ce moment, c’est la possibilité que la classe ouvrière prenne le pouvoir. S’il y avait une direction révolutionnaire digne de ce que ce soulèvement a déjà accompli, la convocation d’une grande Assemblée nationale des travailleurs serait discutée, avec des délégués élus dans les Assemblées territoriales, les Cabildos et les assemblées auto-convoquées, ou les Comités de grève. Une telle Assemblée envisagerait de prendre le pouvoir et d’exproprier la bourgeoisie et les multinationales. Ce n’est qu’ainsi, en prenant le contrôle des moyens de production, que l’on pourra résoudre les graves problèmes qui ont donné naissance à ce mouvement. Il s’agit de mettre fin MAINTENANT au pouvoir des entrepreneurs dans l’éducation, la santé, les pensions, le logement, etc. Cela ne peut pas attendre jusqu’en 2021 pour leurs arrangements parlementaires et la farce. Nous devons exiger un salaire minimum de 500 000 pesos. Une pension minimum égale au salaire minimum. Nationaliser les ressources naturelles, le lithium, le cuivre et l’eau sous le contrôle des travailleurs et des communautés. Nous voulons expulser immédiatement les compagnies forestières, hydroélectriques et minières qui pillent le territoire mapuche et ses habitants. Les milliers de drapeaux mapuches témoignent de ce profond sentiment de solidarité du peuple chilien. Pour sa part, la nation mapuche doit être protagoniste de sa propre histoire. C’est le moment !

Sans justice, il n’y aura jamais de paix ! Il ne peut y avoir d’accord écrit dans le sang de nos morts !

Piñera, dehors !

Un plan de nationalisation et de droits sociaux MAINTENANT !

Coordination nationale de toutes les assemblées et conseils !

Assemblée nationale des travailleurs ! Pour un gouvernement ouvrier !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

WRP Explosion

%d bloggers like this: