Le Massacre de Paris: L’impérialisme récolte ce qu’il a semé 17-11-2015

Leave a comment

17/11/2015 by socialistfight

L’agression de l’impérialisme français et mondial contre l’Afghanistan, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord portent la responsabilité ultime du massacre de Paris.

Socialist Fight condamne fermement l’acte terroriste barbare effectué le vendredi 13 Novembre à Paris, qui a laissé environ 130 morts, et autour de 300 blessés, 80 en état critique. Ces massacres sont venus quelques heures seulement après d’autres actions sanglantes ciblant les musulmans chiites dans des attentats à Beyrouth, où il y a eu 41 morts, et à Bagdad, où 26 personnes ont été tuées.

Nous condamnons ces actions comme des crimes sanglants contre les Français, les personnes du Moyen-Orient et la classe ouvrière internationale, et même les populations civiles en général. Nous adressons nos condoléances profondes, notre sympathie et notre solidarité aux familles et amis de victimes assassinées et aux blessés.

En tant que marxistes, nous sommes totalement opposés aux méthodes de terrorisme individuel aussi «anti-impérialiste» que la motivation des auteurs pourrait être. Les conséquences inévitables de ce type d’action, ce sont des victimes civiles, le veuillent-ils ou non. Et l’attaque n’affaiblit jamais l’impérialisme, il renforce TOUJOURS les forces répressives de l’Etat capitaliste contre la classe ouvrière et son leadership révolutionnaire en herbe.

Cette attaque à Paris est qualitativement pire que le massacre de Charlie Hebdo, car si malavisé qu’il était, au moins il était contre des victimes ciblées qui ils tenaient d’une certaine manière, mais déformée, pour être responsables des guerres au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Cette dernier attaque était pour des motifs ouvertement réactionnaires ciblant spécifiquement les civils sans défense, ce qui ne peut qu’entraîner une augmentation de l’islamophobie et de la répression de toute la classe ouvrière et d’autres mesures qui se dirigent vers un État policier.

La valeur de la vie des citoyens des pays impérialistes et du tiers monde regardés en contrasté.

On ne peut que remarquer que dans le monde semi-colonial, la grande valeur que les puissances impérialistes comme les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France mettent sur la vie de leurs propres concitoyens, principalement blancs, par rapport à leur mépris presque insouciante pour les massacres de citoyens de nations opprimées. L’indignation massive et les guerres ultérieures des Etats-Unis après le 9/11, la Grande-Bretagne après le 7/7 et la réaction française au massacre de Paris par des bombardements massifs sur Raqqa doivent être comparés à la simple note décontractée, condescendance et méprisante des centaines de milliers de morts dans les pays musulmans et du tiers-monde.

 Le Massacre de Paris est la dernière d’une série de massacres horribles en 2015 contre des «cibles faciles» par l’État islamique (EI).

En Irak, Syrie, Turquie, le Liban, Kenya, la Libye et le Nigeria; des civils et des minorités ethniques, y compris des femmes et des enfants choisis au hasard pour semer la terreur. Ces meurtres en 2015 comprennent les grands massacres de «cibles molles » suivantes: Boko Haram a envoyé des kamikazes et a massacré avec des AK47 des cibles choisies « molles » au Nigeria et dans les pays voisins; au Nigeria le 3-7 Janvier jusqu’à 2000 personnes ont été assassinés, à Baga, 91 assassinés le 4-5 Février à Fotokol, et 145 à Maiduguri.

Al Shabbaab a massacré 147 à Garissa, au Kenya le 1er Avril. L’EI a massacrée des minorités ethniques et des opposants de gauche au hasard sur l’année; 137 à Sanaa, au Yémen le 20 Mars, 233 à Kobani les 25-28 Juin dans une attaque de vengeance après avoir été chassé par le YPG kurde, 130 dans un attentat suicide au marché de Khan Bani Saad, en Irak, 102 à Ankara le 10 Octobre et 224 lors de la chute de l’avion russe dans le Sinaï le 31 Octobre. Il y a des dizaines d’attentats suicides et de massacres par l’EI et ses affiliés qui ont tué entre 20 et 100 vies tout au long de cette année.

En outre, il faut noter que les personnes tuées par l’Etat islamique et ses nombreuses filiales déclarées dans l’Afrique du Nord et au Moyen Orient n’est qu’une toute petite fraction de ceux tués par l’impérialisme lui-même dans ses invasions et bombardements de masse et par des assassinats de drones en Afghanistan, Irak, Libye, Somalie, Yémen, Pakistan et en Syrie.

Les sanctions ont causé un million d’Irakiens morts entre la première guerre du Golfe en 1991 (y compris un demi-million de morts d’enfants irakiens pour qui Madeline Albright a affiché un énorme mépris) et lors de l’invasion de 2003, un autre million de morts suivant l’opération impérialiste Shock and Awe.

Et l’on doit ajouter à cela les guerres par procuration, réalisés par des Etats clients des américains impérialistes comme les bombardements de masse par l’Arabie saoudite du Yémen et la guerre civile en Somalie. Ce sont tous des produits d’interventions impérialistes et ses tactiques de diviser pour régner en soutenant un groupe ethnique ou religieux contre un autre pour favoriser des conflits et plus facilement affirmer leur domination. Cette vieille tactique de l’Empire britannique produit fréquemment des États défaillants, mais au moins du point de vue de l’impérialisme il supprime des adversaires organisés plus puissants comme Kadhafi.

 La nature de l’Etat islamique

La responsabilité pour les atrocités Paris a été revendiquée par le califat autoproclamé de l’Etat islamique. Les actions dans le Moyen-Orient sont caractéristiques de l’EI; il n’y a aucune raison de douter de la revendication à propos de Paris, malgré leur déclaration contenant seulement des détails superficiels des événements, compatible avec les comptes rendus des médias. Cela correspond à des structures cellulaires secrètes qui sont susceptibles d’être la voie des combattants organisés l’étranger – le centre ne connaîtraient pas les détails opérationnels.

Le califat fanatique autoproclamé est dans une catégorie à part, même en termes de groupes islamistes au Moyen-Orient. Une fraction du mouvement Al-Qaïda, fondée par Oussama ben Laden, a dépassé ses originaires et contrôle désormais une majeure partie du territoire à la fois en Irak et en Syrie, ainsi qu’ils trouvent allégeance des forces, même aussi loin que le Nigeria. Sa réclamation au califat lui donne un appel plus large d’une couche de jeunes issus de l’immigration, souvent de deuxième ou troisième génération, qui sont scandalisés par les crimes impérialistes dans des conflits tels que l’Irak et la Palestine, et cherchent des moyens de se venger.

Ces attentats sanglants ne font rien pour venger les crimes commis par l’impérialisme. Au contraire, ils fournissent une excuse et une opportunité pour de nouvelles atrocités massives par les mêmes impérialistes. Les dirigeants des l’ EI ne sont pas seulement des propagateurs fanatiques purement religieux comme des propagateurs du désespoir contre-révolutionnaire. Leurs actions dans les pays impérialistes comme la France sont conçus pour détruire la possibilité de collaboration et de fusion de la jeunesse musulmane aliéné avec la gauche et le mouvement ouvrier pour combattre l’impérialisme. Ils favorisent le fanatisme antimusulman et même des pogroms, pour mieux attirer plus les musulmans dans leur camp sur la base du désespoir à tout changement progressif. Ainsi, du point de vue des anti-impérialistes, les actions de l’EI sont totalement réactionnaires.

Cela n’épuise pas toute la question cependant. La mouvements de gauche et des travailleurs en Europe doivent se battre, comme une question de grande urgence, contre les nouveaux attaques contre les musulmans qui sont en préparation, et défendre les droits démocratiques. Plus généralement, contre l’intensification des mesures d’État policier que les forces de droite auront la possibilité de pousser en avant. Et nous avons toujours le devoir de nous opposer à des interventions impérialistes renouvelées au Moyen-Orient, y compris contre l’EI, la défense de la cible d’attaques impérialistes. En fait, ce sera vrai en particulier contre l’EI, où la pression pour intervenir viendra de tous les côtés.

Ainsi la réponse du «socialiste» Hollande président de la France a été de promettre une reprise de la guerre contre le terrorisme. Même en termes stratégiques bourgeois, cela est incohérent, car l’EI est bien évidemment le produit de précédentes «guerres contre le terrorisme». En fait, au cours des dernières années, le bombardement impérialiste de l’EI l’a sans aucun doute renforcé.

L’EI est le produit de la barbarie impérialiste. Il est un mouvement islamique radical petit-bourgeois qui est devenu un mouvement de masses, une force ultra-radicalisé précisément à cause de la destruction horrible de l’Irak sunnite par les forces d’invasion américaines à partir de 2003. En particulier, il est le produit de la «escalade» de Bush en 2004-5 lorsque le noyau de la résistance sunnite à Falloujah et Ramadi, souvent dirigées par d’anciens soldats baasistes, et agissant dans le cadre d’une rébellion anticoloniale à travers des lignes sectaires avec les rebelles sunnites à Najaf et Kerbala, ont été brutalement pulvérisés, y compris avec des armes radioactives, par les forces américaines.

Le germe de l’EI a été créé, à partir des forces à l’origine impliquées dans la mouvance irakienne d’Al-Qaïda. Il s’est agrandi en une formidable force dans le vide créé par la perte de contrôle de Assad en Syrie. Enfin, au début de 2014, il a signalé son pouvoir réel dans le monde en prenant le contrôle de la deuxième ville d’Irak, Mossoul, et la construction d’un proto-état qui a effacé la ligne Sykes-Picot, la frontière artificielle entre la Syrie et l’Irak créée par le colonialisme britannique et français dans le contexte de la Première Guerre mondiale.

L’EI est une force inhabituelle, en ce qu’elle est née grâce à l’extrême barbarie de ses adversaires, et il se nourrit de ça. Ainsi, plus qu’autre chose, les attaques impérialistes sur elle depuis septembre 2014 l’ont renforcé. Ses militants ne craignent pas la mort, et leur esprit d’autosacrifice sanglant est attrayant pour d’autres enragés par les crimes impérialistes. Il est un produit de la politique impérialiste, un instrument pour le sionisme, pour démolir tous les régimes dans le monde arabe \ Moyen-Orient musulman capables de tenir tête à Israël.

Mais avec l’EI, ils ont provoqué, par inadvertance, quelque chose de beaucoup plus difficile et plus dangereux pour eux, quelque chose qui porte plus d’une ressemblance avec les Khmer Rouges, l’excroissance ultra-radicalisée d’une oblitération impérialiste barbare précédente de tout un pays subjugué. L’EI a eu l’habileté de manipuler l’antagonisme entre sunnites et chiites au Moyen-Orient et a acquis un certain financement et le soutien des régimes comme l’Arabie saoudite et la Turquie, mais il est indépendant d’eux et il a sa propre base.

Même l’intervention russe en Syrie ne semble pas l’avoir sérieusement endommagé; il a bien réussi à provoquer une vraie blessure à la Russie récemment par le biais d’abattre un avion de ligne russe plein de touristes. Et des actions telles que la frappe d’un drone américain qui a apparemment tué le »djihadiste John ‘, son porte-parole et coupeur de têtes britannique, ne sauront pas l’endommager de manière significative, car ses militants se félicitent du « martyre ».

 

En effet, la seule force dans la région qui a eu un réel succès dans la lutte contre l’EI a été le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) du Kurdistan de Turquie et ses alliés en Syrie, le YPG. Ceci est largement parce que le PKK / YPG ont quelques éléments quasi-révolutionnaires réels, radicaux, dans leur politique. L’apparition de femmes combattantes et la position de premier plan donné aux femmes en général dans la lutte par le YPG est en contraste frappant avec toutes les forces islamistes dans la région et est un élément de leur politique qui rayonne. Cela ne signifie toutefois pas qu’ils ne sont pas craints par certains des régimes locaux plus que l’EI lui-même. Le régime turc, par exemple, craint plus les kurdes que l’EI, et même s’il est censée être membre de l’OTAN, en guerre avec l’EI, il consacre plus d’efforts à bombarder les partisans du PKK / YPG que l’EI. En outre, le PKK / YPS combat l’EI comme des alliés des Etats-Unis, qui ont fourni la couverture aérienne pour leur défense de Kobane et la prise de Sinjar le 13 Novembre. Voici les échos de la guerre civile kurde qui ont résonné avec les forces de Barzani entrant dans la ville depuis l’est et réclamé sa Kurdistan et les forces du PKK / YPG affirmant qu’ils avaient fait la majorité des combats, selon le New York Times le 13 Novembre:

 “Nous avons lutté dans cette ville pendant 15 mois”, a déclaré un combattant qui porte le nom de guerre d’Adil Haroon, expliquant que le PKK était venu en aide à des Yézidis immédiatement après la prise de contrôle ISIS en Août 2014, quand les peshmerga partaient. “Nous nous sommes battus. Ils ne se battent pas. Maintenant, ils disent que nous devrions partir. Ils étaient avec nous lorsque nous avons pris la ville, mais ne se sont pas donné la peine de sortir de leurs voitures “.

 Il semble que les manœuvres de l’impérialisme entre Barzani, le YPG et le PKK peuvent encore se faire décoller une fois que les combattants dans les rangs du PKK YPG réalisent le prix qu’ils devront payer pour la «coopération» des États-Unis.

 Conclusion

Tout cela est ce qui produit la réaction extrême qui est Etat islamique; ces attentats sont l’effet boumerang des créatures crées par l’impérialisme. “Vos vies ne valent rien pour nous comme les nôtres le sont pour vous» est le message voulu de l’EI. Le massacre de Paris n’a eu aucun effet sur les bourses mondiales, il ne pose pas de menace pour l’impérialisme et sa domination mondiale et les capitalistes de la finance internationale sont bien conscients de cela.

 

Cela n’indique pas la seule façon de vaincre l’EI politiquement. Seulement une force alternative révolutionnaire, avec un programme pour renverser l’ordre impérialiste, et ses marionnettes et ses clients dans toute la région, peut contester l’EI politiquement. Le PKK et ses amis, avec leur nationalisme radical destiné aux Kurdes seulement (bien que leur nation et les aspirations de leur propre Etat est une cause juste que nous soutenons), sont trop étroits pour cela. Il faudra la création et la croissance d’un véritable parti communiste internationaliste pour la défaite politiquement de l’EI et les luttes profondes, conséquentes, dans une direction véritablement progressiste au Moyen-Orient.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

WRP Explosion