Latin America enters a new cycle marked by the emergence of class struggle

Leave a comment

22/11/2019 by socialistfight

A man dressed as Haitian Revolution leader Jean-Jacques Dessalines rides a horse together with Piti Desalin political party president, Moise Jean-Charles, during a march to demand the resignation of Haitian President Jovenel Moise, in the streets of Port-au-Prince, Haiti, on Oct. 17, 2019. Oct. 17 marks the anniversary of the killing of Haitian Revolution leader Jean-Jacques Dessalines.

The processes through Puerto Rico, Honduras, Haiti, Ecuador and to which Chile joins today, mark the entry of Latin America into a new cycle marked by the emergence of class struggle. The different layers of each of the previous political cycles combine to create a heterogeneous scenario. The exponential increase in inequality, low growth forecasts, and the devaluation of commodity prices are increasingly a zero-sum game (and debt) for capitalists who use different mechanisms to attack (directly or indirectly) the mass movement.

Faced with the “malmenism” of post-neoliberal variants, mass action showed how to reverse attacks in Ecuador and Chile. The bourgeoisie is obliged to make concessions so as not to lose everything. However, we cannot approach the current situation in the same way as previous evolutionary situations, marked by the possibility of obtaining certain concessions under the aegis of the State and not fighting it. These are sudden changes in power relations, crisis situations that may or may not evolve into revolutionary situations, be hijacked  or lead to reactionary solutions. The overall result of this cycle will not emerge from the sum of the multiple partial results, given strategically what is put on the table, it is the possibility or not of ending decades of looting and opening a revolutionary path in the region.

Counterrevolution in Chile again

The Revolutionary Days

Recently, Ecuador and Chile have experienced revolutionary days, something much more important than a sum of demonstrations, with actions that break to some extent the frameworks of bourgeois legality. We have seen evidence to that effect in both countries. The popular cries of”Fuera  Lenon  Moreno” and “Fuera  Piaera”crossed the streets. Threatened to fall because of the mass mobilization, Moreno a few weeks ago and  Piaera  himself is now trying, they are trying to maintain themselves through a combination of repression – including a state of exception – and partial concessions, and through the action of various bureaucracies which, as recent events have shown, play a decisive role in key moments for the viability of the bourgeois regime.

Just a few weeks ago, in Ecuador, we saw the response to the “package” of Lenon  Moreno – initially arrived at the government of Correa’s hand – to comply with the IMF. It led to more than ten days of blockades and massive mobilizations that confronted police and military repression in the streets. Not only in Quito, but also in many localities in the interior of the country, with fighting scenarios like the one that took place in the community of La Esperanza, where more than 1,500 people – especially young people – were organized to confront the repressive forces, with a majority indigenous population of some 8,000 people. October 12 was the culmination of the uprising in Quito, where the capital’s population  took to the streets en masse, and it is no coincidence that the largest crackdown with guns and snipers took place.

The rebellion counted with the participation of the masses, but political and media protagonism fell mainly on the Conaie  (Confederation of Indigenous Nationalities). Their leaders sought throughout the days to keep the indigenous movement separate in the streets of the other mobilized areas, using as justification that they did not intend to mix with”corresmo”. As the smoke was still coming out of the barricades and the repression continued, they sat at the table of the “dialogue” with Moreno. When Moreno was forced to back down with Decree 883 by the force that the mobilizations were acquiring, The leaders of  Conaie  were preparing to disable the street, in fact saving Moreno’s head without even releasing the prisoners, eliminating the state of emergency, or responding to the demands of the movement as a whole.

Revolutionary Chile: Anti-government protesters chant against Chilean President Sebastian Piñera in Santiago on Wednesday, 30 )ctober. Rodrigo Abd/Associated Press

Last week we saw revolutionary days in Chile. Escapes and the release of stilettos on the subway featuring high school students attracted the sympathy of millions of people and, on Friday the 18th, they led to an increasingly massive rebellion. The occupations of the metro were brutally suppressed.

The response of Piaera  implementing the dictatorship’s “internal security law” sparked popular anger on Saturday 19th in Santiago and in outlying municipalities with mobilizations, pickets, pots and pans and confrontations with the police. This was followed by the declaration of a “constitutional state of emergency” which only exacerbated the uprising. The”santiagazo”eventually spread nationally in a popular uprising against  Piaera, a regimeinheriting Pinochetism and a society where everything is privatized, where 50% of the poorest households have 2.1% of the country’s net wealth, while the richest 1% concentrate 26.5%.

Later, the government will announce the “suspension” of the increase in transport while the military will decree the “curfew” that had not been applied since the dictatorship. It was defied by barricades, cauldrons and pots, and a wave of anger unleashed, with collectives burned, hundreds of looting of large establishments, the burning of police booths and public buildings. Clashes continued on Sunday 20th and On Monday 21st there were massive demonstrations across the country. Then Piaera  declared “we are at war” and the response was the massive demonstrations on Tuesday 22nd: with young students, strategic sectors of the working class came into the scene, 90% ofthe ports were stopped and the miners ofEscondida paralyzed the largest private mine in the world. Under pressure from these events, the bureaucracy of the Central  Unitaria  de Trabajadores (CUT) called for a “general strike” with mobilization, leaving aside its proposal – at these inaccessible heights – for a “stop with empty streets”.

On Tuesday evening, the government launched the so-called “social agenda” that grants crumbs to protect the social and political regime inherited from Pinochetism. Hundreds of thousands of people rallied across Chile on Wednesday, including workers, youth, residents, women and indigenous communities. Public sector workers, health workers, teachers, miners, dockworkers, unions and services marched with their flags. Thousands of high school students, students and young workers were involved in clashes in Plaza Italia and La Alameda. The strike and protests also continued on Thursday. But at the same time, the left of the regime, the Communist Party and the enlarged Front, with their respective trade union, student and “social” bureaucracies, have openly redoubled their exit in favour of  Piaera  to save his head.

Between the explosion of social hatred and attempts at institutional exit

The Chilean process began as a spontaneous uprising that surprised his family and others. None of the largest political, trade union or student organizations were on the front lines, but the conflict escalated in response to government action.

Secondly, under the pressure of events, the bureaucratic branches of the workers’, student and social movement, mostly belonging to the PC and frente  Amplio,turned to the call fora “general strike”, which was in fact seen as a strike to decompress collective anger. He  also gave his own “we are at war” turn to the “social agenda” by trying to divide the movement, separating the intermediate sectors, continuing to brutally repress the poor of the periphery and preventing mobilizations from targeting the centres of power in the streets. At the same time, a large-scale media campaign was set up, pitting the peaceful and festive movement of the media sectors against the more combative actions of the youth avant-garde and criminalizing the poorest sectors.

In this role-playing game, the PC, the Frente  Amplio  and their respective bureaucracies have gone from rejecting dialogue until the military withdraws from the streets, to supporting the trap of “dialogue” by demanding that it include “social and citizen organizations”. At the same time, MPs from both parties took part in a parliamentary circus in which various measures are discussed outside the reality of a country in flames with soldiers repressing and killing in the streets. One of the PC’s main references,  Camila  Vallejos, whilecelebrating the half-sanction of the 40-hour working day in the Chamber of Deputies, stressed that “this is not about going against the president. A left of the regime that exposed the left that proposes at most to parasitize the movement, not to develop it, being the key that neither the workers’ movement nor, above all, the student movement that was the protagonist appear with their organizations forcefully.

It is in this context that a third moment takes place, marked by the mass demonstrations of Friday 25th, the largest since the end of the dictatorship, which has long exceeded one million people in Santiago, and by massive marches across the country. In them are expressed the songs of the”fuera  Piaera”and the massive repudiation of repression. Originally called by social networks, the demonstrations had a peaceful and festive tone, almost without confrontations, different from the actions of the first moment of the process, marked by the explosion of social hatred of millions of poor and marginal sectors – symptomatically categorized by Cecilia Morel as “foreign invasion” – and youth, responding to government repression. This explosion could only be controlled at gunpoint and with sticks. Valparaiso on Friday was  an exception, with a different dynamic where 20,000 people who advanced to Congress were brutally repressed.

The massivity motivated the cynical “hi” of Piaera  to the mobilizations. On Saturday 26th, he continued to try to balance the tightrope with his “social agenda”, which the overwhelming majority of the population rejects, adding the promise to change cabinet and the possibility of lifting the state of emergency, after leaving thousands dead, injured and detained. The policy of partial “concessions” in small print, the resignation of ministers, or even larger concessions, as demanded by the Financial Times, or  Luksic  itself, owner of one of Chile’s largest conglomerates, are merely an attempt to defend a greater objective: to prevent the piaera government from   falling by the direct action of the masses, questioning any legacy of the pinos.

Types of conflict and how to assess their outcomes

In his classic treatise, Carl Clausewitz distinguishes between conflicts with “limited objectives” and those in which one seeks “decision” and defeat of the adversary. In both cases, the results are measured very differently. In the first case, these are “isolated independent results, where as with the different hands of a game, the previous result has no influence on those who follow it; here, therefore, it all depends only on the total sum of the results.” In the second, “everything is the effect of necessary causes, one thing quickly affects the other […] there is only one result, namely the end result”, so the conflict is presented as “an indivisiblewhole”. When we talk about revolutionary days like Chile’, the second approach is one that counts.

In Chile, the spontaneity of the mass movement has changed the relationship between forces. However, the rescue operation in Piaera  is in full swing. The PC’s policy of reducing the”Piaera”to a “constitutional accusation” so that its revocation can be decided by the Senate, the dialogue with the  “exclusion-free”  Piaera that it promotes with the AmplioFront, or the Constituent Assembly under the current regime proposed by both parties are only “left-wing” versions of the institutional bailout. Precisely because, as people shout in the street, “it’s not 30 pesos, it’s 30 years”, it is not possible to impose a solution in favor of workers with the mechanisms of the same regime that inherited  Pinochetism.

As Rafaella  Ruilova points out in her article in the weekly  Socialist  Ideas, in the faceof pitfalls and maneuvers, it is necessary to create independent organizations capable of bringing together all the sectors in struggle that the regime intends to divide or even atomize. Hence the importance of organizing organizations, assemblies, cordons, committees or coordinators of workers, students and neighbours everywhere, as well as demand ingetling the respective bureaucracies. In this sense, they constitute significant symbols for the path of self-organization, examples that are beginning to develop such as the Emergency and Relief Committee in Antofagasta, or around the Barros  Lucohospital, or the Unified Union of THE GAM in Santiago.

If there is one thing that the revolutionary days have demonstrated, it is that it is only through struggle and mobilization that the arm of the oppressors can be twisted. It is only with the methods of class struggle, of a general political strike – in the sense of “fight” that Rosa Luxemburg gave her and not just of “pressure” as conceived by the management of the CUT – that Piaera  can be eliminated and a favourable solution imposed on the workers.

. As Juan Valenzuela says, it is in this sense that we revolutionary socialists propose a truly free and sovereign Constituent Assembly, on the ruins of the regime inherited from the dictatorship, which solves all fundamental measures for her, at the same time as we fight for a government of workers that permanently removes power from capitalists.

It is with this in mind that hundreds of comrades from the Revolutionary Workers’ Party (PTR) in Santiago, Antofagasta, Valparaso, Arica, Temuco, Puerto Montt, Rancagua and other major cities of the country intervene, in the streets, in work and study establishments, and of La Izquierda  Diario  Chile, which in October, touched by the popular revolt, one million views and thus touched important sectors of the movement.

The New Times

It is clear that the situation of class struggle is changing, more here and beyond Latin America. Not only is the famous slogan “there is no alternative” to the heyday of neoliberalism, but also the discourse of Malmenorist resignation of  neo-reformistism  or Latin American “post-neoliberalism” being challenged by this new wave. Ecuador and Chile are leading the way in overcoming adjustments and plans to attack workers. But it is far from being a clear path, far from it, as events show. The result of each of these confrontations is certainly not neutral.

According to Eduardo Febbro:  “The rebel sequence was opened by Argentina in 2017 when the  Macist power suppressed the social protest against pension reform. The assertion may be debatable, especially given the different scope of the processes, but what is certain is that the action of the trade union bureaucracy and  Kirchnerism  was the key to liquidating the prospect of class struggle that was put forward during those days of 14 and 18 December and to guaranteeing Macri’s governance. The cost of this discrepancy was nothing less than leaving the country’s mortgage in the hands of the IMF, a phenomenal devaluation, an inflationary spiral, a recession, the loss of more than a quarter of the purchasing power of wages, more than half of poor children and an uninterrupted succession of tariffs, all of which allow banks, large capitalists and agripower to continue their momentum. The same legacy as the  Frente  de  Todos  now says that we must face, starting with debt, promising to “share the costs”.

It should be remembered, because it is not simply a balance of the past, but from a point of view with which it is necessary to see the present in this new cycle of class struggle, which all indicates that it has come to stay.

Notes

1] The PC has launched the request for participation of the “Table of Trade Union Unity” composed of organizations led by them and the FA, including the CUT, the Order of Teachers, Confech  (students),  Coordinadora  No. AFP (against private retirement),  Confusam  (health), CONES (secondary), the Federation of Copper Workers, etc.

2] Clausewitz, Carl von, De la guerra, Buenos Aires, Solar, 1983, 541-542.

L’entrée de l’Amérique latine dans un nouveau cycle marqué par l’émergence de la lutte des classes

Les processus traversés par Porto Rico, le Honduras, Haïti, l’Équateur et auxquels le Chili adhère aujourd’hui, marquent l’entrée de l’Amérique latine dans un nouveau cycle marqué par l’émergence de la lutte des classes. Les différentes couches de chacun des cycles politiques précédents se combinent pour créer un scénario hétérogène. L’accroissement exponentiel des inégalités, les prévisions de faible croissance, la dévaluation des prix des matières premières constituent de plus en plus un jeu à somme nulle (et l’endettement) pour les capitalistes qui ont recours à différents mécanismes pour attaquer (directement ou indirectement) le mouvement de masse.

Face au “malmenorisme” des variantes post-néolibérales, l’action de masse a montré comment faire reculer les attaques en Equateur et au Chili. La bourgeoisie est obligée de faire des concessions pour ne pas tout perdre. Cependant, nous ne pouvons pas aborder la situation actuelle de la même manière que les situations évolutives précédentes, marquées par la possibilité d’obtenir certaines concessions sous l’égide de l’État et de ne pas lutter contre lui. Il s’agit de changements soudains dans les relations de force, de situations de crise qui peuvent évoluer ou non en situations révolutionnaires, être détournées ou conduire à des solutions réactionnaires. Le résultat global de ce cycle n’émergera pas de la somme des multiples résultats partiels, vu stratégiquement ce qui est mis sur la table, c’est la possibilité ou non de mettre fin à des décennies de pillage et d’ouvrir une voie révolutionnaire dans la région.

Les jours révolutionnaires

Récemment, l’Equateur et le Chili ont connu des jours révolutionnaires, quelque chose de beaucoup plus important qu’une somme de manifestations, avec des actions qui brisent dans une certaine mesure les cadres de la légalité bourgeoise. Nous avons vu des éléments en ce sens dans les deux pays. Les cris populaires de “Fuera Lenín Moreno” et “Fuera Piñera” traversaient les rues. Menacés de tomber à cause de la mobilisation de masse, Moreno il y a quelques semaines et Piñera lui-même essaie maintenant, ils cherchent à se maintenir grâce à une combinaison de répression -y compris un état d’exception-, de concessions partielles, et grâce à l’action de différentes bureaucraties qui, comme les événements récents l’ont montré, jouent un rôle déterminant dans les moments clés pour la viabilité du régime bourgeois.

Il y a quelques semaines à peine, en Équateur, nous avons vu la réponse au “paquet” de Lenín Moreno – initialement arrivé au gouvernement de la main de Correa – pour se conformer au FMI. Elle a donné lieu à plus de dix jours de blocus et de mobilisations imposants qui ont confronté la répression policière et militaire dans les rues. Non seulement à Quito, mais aussi dans de nombreuses localités de l’intérieur du pays, avec des scénarios de combats comme celui qui a eu lieu dans la communauté de La Esperanza, où plus de 1 500 personnes – en particulier des jeunes – ont été organisées pour affronter les forces répressives, avec une population autochtone majoritaire de quelque 8 000 personnes. Le 12 octobre a été le point culminant du soulèvement à Quito, où la population de la capitale est descendue en masse dans les rues, et ce n’est pas par hasard que la plus grande répression avec des armes à feu et des tireurs d’élite a eu lieu.

La rébellion a compté avec la participation des masses, mais le protagonisme politique et médiatique est tombé surtout sur la Conaie (Confédération des nationalités indigènes). Leurs dirigeants ont cherché tout au long des journées à maintenir le mouvement indigène séparé dans les rues des autres secteurs mobilisés, en utilisant comme justification qu’ils n’avaient pas l’intention de se mélanger avec “correísmo”. Alors que la fumée sortait encore des barricades et que la répression se poursuivait, ils se sont assis à la table du “dialogue” avec Moreno. Lorsque Moreno fut contraint de reculer avec le décret 883 par la force que les mobilisations étaient en train d’acquérir, les dirigeants de Conaie se préparèrent à désactiver la rue, sauvant en fait la tête de Moreno sans même libérer les prisonniers, ni éliminer l’état d’exception, ni répondre aux demandes du mouvement dans son ensemble.

La semaine dernière, nous avons vu des jours révolutionnaires au Chili. Les évasions et la libération des guindeaux dans le métro mettant en vedette les jeunes du secondaire ont suscité la sympathie de millions de personnes et, le vendredi 18, ils ont mené à une rébellion de plus en plus massive. Les occupations du métro ont été brutalement réprimées.

La réponse de Piñera mettant en œuvre la “loi de sécurité intérieure de l’État” de la dictature a déclenché la colère populaire le samedi 19 à Santiago et dans les communes périphériques avec des mobilisations, des piquets de grève, des casseroles et des confrontations avec la police. Elle a été suivie par la déclaration de “l’état d’urgence constitutionnel” qui n’a fait qu’aggraver le soulèvement. Le “santiagazo” a fini par se répandre au niveau national dans un soulèvement populaire contre Piñera, un régime héritant du Pinochetisme et une société où tout est privatisé, où 50% des ménages les plus pauvres ont 2,1% de la richesse nette du pays, tandis que les 1% les plus riches concentrent 26,5%.

Plus tard, le gouvernement annoncera la “suspension” de l’augmentation des transports tandis que les militaires décréteront le “couvre-feu” qui n’avait pas été appliqué depuis la dictature. Il a été défié par des barricades, des chaudrons et des casseroles, et une vague de colère s’est déchaînée, avec des collectifs brûlés, des centaines de pillages de grands établissements, l’incendie de cabines de police et de bâtiments publics. Les affrontements se sont poursuivis le dimanche 20 et le lundi 21, il y a eu des manifestations massives dans tout le pays. Puis Piñera a déclaré “nous sommes en guerre” et la réponse a été les manifestations massives du mardi 22 : avec les jeunes étudiants, des secteurs stratégiques de la classe ouvrière sont entrés en scène, 90% des ports ont été arrêtés et les mineurs d’Escondida ont paralysé la plus grande mine privée du monde. Sous la pression de ces événements, la bureaucratie de la Central Unitaria de Trabajadores (CUT) a appelé à une ” grève générale ” avec mobilisation, laissant de côté sa proposition – à ces hauteurs inaccessibles – d’un ” arrêt avec des rues vides “.

Mardi soir, le gouvernement a lancé la manœuvre de ce qu’il est convenu d’appeler ” l’agenda social ” qui accorde des miettes pour protéger le régime social et politique hérité du Pinochetisme. Mercredi, dans le cadre de la grève, des centaines de milliers de personnes se sont mobilisées dans tout le Chili, y compris des travailleurs, des jeunes, des résidents, des femmes et des communautés autochtones. Les travailleurs du secteur public, les agents de santé, les enseignants, les mineurs, les dockers, les syndicats et les services ont défilé avec leurs drapeaux. Des milliers de lycéens, d’étudiants et de jeunes travailleurs ont été impliqués dans des affrontements sur la Plaza Italia et à La Alameda. La grève et les mobilisations se sont également poursuivies jeudi. Mais en même temps, la gauche du régime, le Parti communiste et le Front élargi, avec leurs bureaucraties syndicales, étudiantes et “sociales” respectives, ont ouvertement redoublé leur sortie en faveur de Piñera pour sauver sa tête.

Entre l’explosion de la haine sociale et les tentatives de sortie institutionnelle

Le processus chilien a commencé comme un soulèvement spontané qui a surpris les siens et les autres. Aucune des organisations politiques, syndicales ou étudiantes les plus importantes n’était en première ligne, mais le conflit s’est intensifié en réponse à l’action du gouvernement.

Dans un second temps, sous la pression des événements, les directions bureaucratiques du mouvement ouvrier, étudiant et social, appartenant pour la plupart au PC et au Frente Amplio, se sont tournées vers l’appel à une ” grève générale “, considérée en fait comme une grève pour décompresser la colère collective. Piñera a aussi donné son propre tour du “nous sommes en guerre” à l'”agenda social” en essayant de diviser le mouvement, en séparant les secteurs intermédiaires, de continuer à réprimer brutalement les pauvres de la périphérie et d’empêcher les mobilisations de viser les centres du pouvoir dans les rues. Parallèlement, une vaste campagne médiatique a été mise sur pied, opposant le mouvement pacifique et festif des secteurs des médias aux actions plus combatives de l’avant-garde des jeunes et criminalisant les secteurs les plus pauvres.

Dans ce jeu de rôle, le PC, le Frente Amplio et leurs bureaucraties respectives sont passés du rejet du dialogue jusqu’à ce que les militaires se retirent de la rue, à soutenir le piège du “dialogue” en exigeant qu’il comprenne les “organisations sociales et citoyennes”[1]. En même temps, les députés des deux formations ont pris part à un cirque parlementaire dans lequel différentes mesures sont abordées en dehors de la réalité d’un pays en flammes avec des militaires qui répriment et tuent dans les rues. L’un des principaux référents du PC, Camila Vallejos, tout en célébrant la demi-sanction de la journée de 40 heures de travail à la Chambre des députés, a souligné qu'”il ne s’agit pas d’aller contre le président. Une gauche du régime qui a exposé la gauche qui propose tout au plus de parasiter le mouvement, et non de le développer, étant la clé que ni le mouvement ouvrier ni, surtout, le mouvement étudiant qui était le protagoniste n’apparaissent avec leurs organisations avec force.

C’est dans ce contexte qu’a lieu un troisième moment, marqué par les manifestations de masse du vendredi 25, les plus importantes depuis la fin de la dictature, qui a longtemps dépassé le million de personnes à Santiago, et par des marches massives à travers le pays. En eux s’expriment les chants de la “fuera Piñera” et la répudiation massive de la répression. Appelées à l’origine par les réseaux sociaux, les manifestations ont eu un ton pacifique et festif, presque sans confrontations, différent des actions du premier moment du processus, marqué par l’explosion de la haine sociale de millions de secteurs pauvres et marginaux – symptomatiquement catalogués par Cecilia Morel comme “invasion étrangère” – et de la jeunesse, répondant à la répression gouvernementale. Cette explosion ne pouvait être contrôlée que sous la menace d’une arme à feu et avec des bâtons. Valparaiso, vendredi, a été une exception, avec une dynamique différente où 20.000 personnes qui ont avancé au Congrès ont été brutalement réprimées.

La massivité a motivé le cynique “salut” de Piñera aux mobilisations. Samedi 26, il a continué à essayer d’équilibrer la corde raide avec son “agenda social”, que l’écrasante majorité de la population rejette, ajoutant la promesse de changer de cabinet et la possibilité de lever l’état d’urgence, après avoir laissé des milliers de morts, de blessés et de détenus. La politique des “concessions” partielles en petits caractères, la démission des ministres, ou même des concessions plus importantes, comme le demande rien de moins que le Financial Times, ou Luksic lui-même, propriétaire d’un des plus grands conglomérats du Chili, ne sont qu’une tentative pour défendre un objectif plus grand : empêcher le gouvernement de Piñera de tomber par l’action directe des masses, mettant en question tout le legs de la dictature Pinochet.

Les types de conflits et comment évaluer leurs résultats

Dans son traité classique, Carl Clausewitz distingue entre les conflits “à objectifs limités” et ceux où l’on recherche “la décision”, la défaite de l’adversaire. Dans les deux cas, les résultats sont mesurés de manière très différente. Dans le premier cas, il s’agit de “résultats indépendants isolés, où comme avec les différentes mains d’un jeu, le résultat précédent n’a aucune influence sur ceux qui le suivent ; ici, donc, tout dépend seulement de la somme totale des résultats”. Dans le second, “tout est l’effet de causes nécessaires, une chose affecte rapidement l’autre […] il n’y a qu’un seul résultat, à savoir le résultat final”, donc le conflit est présenté comme “un tout indivisible”[2]. Quand on parle de jours révolutionnaires comme celui du Chili, la deuxième approche est celle qui compte.

Au Chili, la spontanéité du mouvement de masse a modifié la relation des forces. Cependant, l’opération de sauvetage de Piñera bat son plein. La politique du PC de réduire la “Piñera” à une “accusation constitutionnelle” pour que sa révocation puisse être décidée par le Sénat, le dialogue avec la Piñera “sans exclusions” qu’il promeut avec le Front Amplio, ou l’Assemblée constituante dans le cadre du régime actuel que proposent les deux partis ne sont que des versions “de gauche” du sauvetage institutionnel. Précisément parce que, comme les gens crient dans la rue, “ce n’est pas 30 pesos, c’est 30 ans”, il n’est pas possible d’imposer une solution en faveur des travailleurs avec les mécanismes du même régime qui a hérité du Pinochetism.

Comme le souligne Rafaella Ruilova dans son article de l’hebdomadaire Socialist Ideas, face aux pièges et aux manœuvres, il est nécessaire de créer des organisations indépendantes capables de rassembler tous les secteurs en lutte que le régime entend diviser, voire atomiser. D’où l’importance d’organiser partout des organisations, des assemblées, des cordons, des comités ou des coordinateurs d’ouvriers, d’étudiants et de voisins, ainsi que la demande aux bureaucraties respectives. En ce sens, ils constituent des symboles significatifs pour la voie de l’auto-organisation, les exemples qui commencent à se développer comme le Comité d’Urgence et de Secours à Antofagasta, ou autour de l’hôpital Barros Luco, ou l’Union Unifiée du GAM à Santiago.

S’il y a une chose que les jours révolutionnaires ont démontrée, c’est que ce n’est que par la lutte et la mobilisation que le bras des oppresseurs peut être tordu. Ce n’est qu’avec les méthodes de la lutte de classe, d’une grève politique générale – dans le sens de “combat” que lui a donné Rosa Luxemburg et pas seulement de “pression” comme le conçoit la direction de la CUT – que Piñera pourra être éliminée et une solution favorable imposée aux ouvriers.

. Comme l’affirme Juan Valenzuela, c’est en ce sens que nous, socialistes révolutionnaires, nous proposons une Assemblée constituante véritablement libre et souveraine, sur les ruines du régime hérité de la dictature, qui résout toutes les mesures fondamentales pour elle, en même temps que nous luttons pour un gouvernement des travailleurs qui retire définitivement le pouvoir aux capitalistes.

C’est dans cette perspective que des centaines de camarades du Parti ouvrier révolutionnaire (PTR) de Santiago, Antofagasta, Valparaíso, Arica, Temuco, Puerto Montt, Rancagua et d’autres grandes villes du pays interviennent, dans les rues, dans les établissements de travail et d’études, et de La Izquierda Diario Chile, qui a touché en octobre, par la révolte populaire, un million de vues et a ainsi touché des secteurs importants du mouvement.

Le Nouveau Temps

Il est clair que la situation de la lutte des classes est en train de changer, plus ici et au-delà de l’Amérique latine. Non seulement le fameux slogan “il n’y a pas d’alternative” de l’apogée du néolibéralisme, mais aussi le discours de résignation malmenoriste du néoréformisme ou du “post-néolibéralisme” latino-américain sont remis en question par cette nouvelle vague. L’Équateur et le Chili montrent la voie à suivre pour vaincre les ajustements et les plans visant à attaquer les travailleurs. Mais c’est loin d’être une voie claire, loin de là, comme le montrent les événements. Le résultat de chacune de ces confrontations n’est certainement pas neutre.

Selon Eduardo Febbro : “La séquence rebelle a été ouverte par l’Argentine en 2017 lorsque le pouvoir macriste a réprimé la protestation sociale contre la réforme des pensions. L’affirmation peut être discutable, surtout en raison de la portée différente des processus, mais ce qui est certain, c’est que l’action de la bureaucratie syndicale et du kirchnerisme a été la clé pour liquider la perspective de lutte de classe qui a été avancée pendant ces jours des 14 et 18 décembre et pour garantir la gouvernance de Macri. Le coût de cet écart n’était rien de moins que de laisser l’hypothèque du pays entre les mains du FMI, une dévaluation phénoménale, une spirale inflationniste, une récession, la perte de plus du quart du pouvoir d’achat du salaire, plus de la moitié des enfants pauvres et une succession ininterrompue de tarifs, tout cela permettant aux banques, aux grands capitalistes et à l’agri-puissance de continuer sur leur lancée. Le même héritage que le Frente de Todos dit maintenant qu’il faut affronter, à commencer par la dette, en promettant de “partager les coûts”.

Il convient de le rappeler, car il ne s’agit pas simplement d’un équilibre du passé, mais d’un point de vue avec lequel il est nécessaire de voir le présent dans ce nouveau cycle de lutte de classe, dont tout indique qu’il est venu à rester.

NOTES

1] Le PC a lancé la demande de participation de la “Table de l’Unité Syndicale” composée d’organisations dirigées par eux et par la FA, dont la CUT, l’Ordre des Enseignants, Confech (étudiants), Coordinadora No + AFP (contre la retraite privée), Confusam (santé), CONES (secondaire), la Fédération des travailleurs du cuivre, etc.

2] Clausewitz, Carl von, De la guerra, Buenos Aires, Solar, 1983, pp. 541-542.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

WRP Explosion

%d bloggers like this: