A Spectre is Haunting the Planet

Leave a comment

22/11/2019 by socialistfight

Pueerto Rico in revolt

A spectre is haunting the planet. It is not yet that of communism but that of the class struggle with capital letters. The eruption of the “yellow vests” in France a year ago, which, for the first time in many years, aroused the fear of revolt in the ruling classes of an imperialist country, gave rise to this new wave of protests that has continued to spread ever since.

Hundreds of thousands, perhaps millions, have risen in Algeria and Sudan against the eternal dictatorships that serve their imperial masters, giving a second life to the “Arab Spring”. In Iraq, a country devastated by 15 years of war and American occupation, massive protests erupted against unemployment and poor living conditions, which lasted for days, despite the fact that the repression left more than 100 people dead. Similar images can be seen in Lebanon, where an angry mob is calling on Hariri’s government to leave.

Lebanon uprising

On the other side of the world, for months, thousands of people have been protesting in Hong Kong, a capitalist business paradise where social inequalities have reached intolerable levels for the vast majority of the population.

In Catalonia, the struggle for independence has been reactivated. A real rebellion is under way against the Spanish monarchical reactionary regime which intends to punish the leaders of the “courts” of more than ten years in prison.

This wave of protests has reached Latin America and is changing the sign of the political situation. In Puerto Rico, a popular uprising challenged the government and challenged the American colonial regime. In Haiti, the poorest country in the region, an intermittent revolt against the government of Jovenel  Moses has been going on for months.

It is not a question of doing a census, or rather, the census is at the service to show that those who are at the top can less and less and those who are at the bottom are more and more fed up. In any case, capitalist governments respond with overburdened repression. While corporate media and intellectuals serving exploiters demonize those who rebel, they accuse them of being violent and of “conspiracy”. This reaction of the ruling classes, their states and their ideological apparatus confirms from another angle that it is protests that have the potential to open a revolutionary dynamic, and that the only way to close them down is to beat them first and then see what concessions to make.

These various processes, which combine democratic and social engines, have as a common matrix the tendencies to the organic crises opened by the capitalist crisis of 2008 which put an end to the neoliberal hegemony of recent decades and left behind a deep social and political polarization that brutally confronts the losers of globalization with the small minority of winners. What is highlighted today is the obscene concentration of wealth, while the majority of them are seeing their living conditions deteriorate, especially young people who have only a precarious future ahead of them. From these conditions of deep divisions within the ruling class, crisis of the parties of the “extreme centre”, i.e. liberals and Social Democrats who supported the neoliberal consensus, aberrant phenomena like Trump or Brexit were born, which exacerbate nationalist tendencies. And trade wars, especially the U.S. war against China, that put the international economy under control. But also new political phenomena on the left and, above all, new processes of class struggle. That is why it would be an impressionistic mistake to measure their scope by short-term results; on the contrary, it is deep processes, not economic ones, that are expected to have lasting political consequences.

Chile in flames

A separate paragraph deserves the dynamics that emerge sparkd events in South America where indigenous bourgeoisiees and North American imperialism commanded by Trump had hastened to celebrate the arrival of regional rights in power, after the exhaustion of the cycle of “populist” governments. Macri in Argentina, Piaera  in Chile, Duque in Colombia and the far right Bolsonaro in Brazil seem to confirm that the pendulum has worked for some time on the right. They were preparing to implement new neoliberal attacks, privatizations and IMF adjustment plans. They even attempted a coup in Venezuela to ensure that the rancid and pro-imperialist right of Guaido took advantage of the discontent of Maduro’s authoritarian government.   But very early on, they began to show their limits to carry out this reactionary program.

Today, without a doubt, the most advanced processes of class struggle on the continent are the “revolutionary days” of Ecuador and Chile, which, by their scale, radicalism and violence, recall the uprisings that ended the neoliberal right-wing governments between the late 1990s and the early 2000s.

Ecuador popular uprising

In Ecuador, we have just witnessed a popular uprising – worker, indigenous, peasant and student – against the IMF package that forced Lenon  Moreno to withdraw the adjustment decree. This is an important but partial victory, largely because of the role of the leaders of the mass movement, especially Conaie, which has stifled demand for the fall of the government. The situation remains dangerous for the bourgeoisie. Moreno has survived, but there remains a very weak government and a mass movement that has experienced that the way to defeat adjustment plans is the struggle.

In Chile, the increase in public transport fares has blown up the hatred accumulated against the government of Piaera, a kind of Chilean Macri, and calls into question the legacy of the Pinochet dictatorship. After a day of fighting and mobilizations that defied the state of emergency,  Piaera  withdrew the increase, but it remains to be seen whether this minimum measure taken by a defeated government is sufficient to stop the momentum of the uprising that took the situation.

This entry of the mass movement and the “street struggle” in neighbouring countries will no doubt condition the next government resulting from the elections in Argentina, which will certainly be Peronist at this stage, in its task of implementing the necessary adjustments. IMF. And even question Bolsonaro’s neoliberal war plan in Brazil.

The first processes of resistance that gave rise to the capitalist crisis, such as the general strikes in Greece or the process of indignation in Spain, were capitalized by neo-reformist variants that eventually contributed to defeat, such as Syriza, which applied the Troika adjustment plan, or Podemos, which allowed the deviation and recomposition of the PSOE’s neoliberal social democracy.

This return to class struggle, with genuine popular rebellions that defy bourgeois legality, opens up new prospects for the construction of a revolutionary, anti-capitalist, workerand-making and internationalist left that cannot be develop without these kinds of phenomena.

In this context, the preparatory tasks we have carried out from the STP take on a new meaning, such as the political presence in national life conquered by fit-U, the intervention in various events of the class struggle, the establishment of the Daily Left  and the theoretical and strategic preparation of a militant force to intervene in the decisive moments. Internationally, together with the sister organizations of the STP that make up the Trotskyist Fraction for the Fourth International, we promoted the International Network of Newspapers in 8 languages, present in the main events of the class struggle: in France, the Permanent Revolution has become one of the voices of the struggles of the “longshoremen”, just as the daily left in Chile today gives a voice to those who rise to oppose  the  city. And in Barcelona and in the Spanish state we are present in the mobilizations and the fight against the reactionary offensive of the monarchical regime by reflecting at all times the events with IzquierdaDiario.es as  EsquerraDiari.Cat  in Catalan.

Faced with the worrying prediction of a new global recession and in the context of growing conflicts between imperialist powers, nationalism and militarism, the tendencies of popular irruption will multiply. We must prepare for a time when mass action gives rise to pre-revolutionary  or directly revolutionary situations, as well as counter-revolutionary blows. Sharper forms of class struggle came to settle.

Un fantôme parcourt le monde

Un fantôme parcourt le monde. Ce n’est pas encore celui du communisme mais celui de la lutte des classes avec des majuscules. L’éruption des “gilets jaunes” en France, qui, pour la première fois depuis de nombreuses années, a éveillé la peur de la révolte dans les classes dirigeantes d’un pays impérialiste, a donné naissance à cette nouvelle vague de protestations qui n’a cessé de s’étendre depuis.

Des centaines de milliers, peut-être des millions, se sont levés en Algérie et au Soudan contre les dictatures éternelles qui servent leurs maîtres impériaux, donnant une seconde vie au “printemps arabe”. En Irak, pays dévasté par 15 ans de guerre et d’occupation américaine, des protestations massives ont éclaté contre le chômage et les mauvaises conditions de vie, qui ont duré des jours, malgré le fait que la répression a fait plus de 100 morts. Des images similaires peuvent être vues au Liban, où une foule en colère appelle le gouvernement de Hariri à partir.

A l’autre bout du monde, depuis des mois, des milliers de personnes protestent à Hong Kong, ce paradis capitaliste des affaires où les inégalités sociales ont atteint des niveaux intolérables pour la grande majorité de la population.

En Catalogne, la lutte pour l’indépendance a été réactivée. Une véritable rébellion est en cours contre le régime réactionnaire monarchique espagnol qui entend punir les dirigeants des “procés” de plus de dix ans de prison.

Cette vague de protestations a atteint l’Amérique latine et est en train de changer le signe de la situation politique. À Porto Rico, un soulèvement populaire a remis en question le gouvernement et remis en question le régime colonial américain. En Haïti, le pays le plus pauvre de la région, une révolte intermittente contre le gouvernement de Jovenel Moïse a lieu depuis des mois.

Il ne s’agit pas de faire un recensement, ou plutôt, le recensement est au service de montrer que ceux qui sont en haut peuvent de moins en moins et ceux qui sont en bas en ont de plus en plus marre. Dans tous les cas, les gouvernements capitalistes réagissent par une répression surchargée. Tandis que les médias corporatifs et les intellectuels au service des exploiteurs diabolisent ceux qui se rebellent, ils les accusent d’être violents et de “comploter”. Cette réaction des classes dirigeantes, de leurs Etats et de leurs appareils idéologiques confirme sous un autre angle que ce sont des protestations qui ont le potentiel d’ouvrir une dynamique révolutionnaire, et que la seule façon de les fermer est de les battre d’abord et de voir ensuite quelles concessions faire.

Ces divers processus, qui combinent des moteurs démocratiques et sociaux, ont comme matrice commune les tendances aux crises organiques ouvertes par la crise capitaliste de 2008 qui a mis fin à l’hégémonie néolibérale des dernières décennies et laissé en héritage une profonde polarisation sociale et politique qui confronte brutalement les perdants de la mondialisation avec la petite minorité des gagnants. Ce qui est mis en évidence aujourd’hui, c’est la concentration obscène des richesses alors que la majorité d’entre eux voient leurs conditions de vie se dégrader, en particulier les jeunes qui n’ont devant eux qu’un avenir de précarité. De ces conditions de profondes divisions au sein de la classe dirigeante, de crise des partis de “l’extrême centre”, c’est-à-dire des libéraux et des sociaux-démocrates qui ont soutenu le consensus néolibéral, des phénomènes aberrants comme Trump ou Brexit sont nés, qui exacerbent les tendances nationalistes. Et les guerres commerciales, en particulier celle des États-Unis contre la Chine, qui mettent l’économie internationale sous contrôle. Mais aussi de nouveaux phénomènes politiques à gauche et, surtout, de nouveaux processus de lutte des classes. C’est pourquoi ce serait une erreur impressionniste que de mesurer leur portée par les résultats à court terme ; au contraire, ce sont des processus profonds, et non de conjoncture, qui sont appelés à avoir des conséquences politiques durables.

Un paragraphe séparé mérite la dynamique qui se dégage des événements en Amérique du Sud où les bourgeoisies autochtones et l’impérialisme nord-américain commandé par Trump s’étaient hâtés de célébrer l’arrivée des droits régionaux au pouvoir, après l’épuisement du cycle des gouvernements ” populistes “. Macri en Argentine, Piñera au Chili, Duque en Colombie et l’extrême droite Bolsonaro au Brésil semblent confirmer que le pendule a fonctionné pendant un certain temps à droite. Ils se préparaient à appliquer de nouvelles attaques néolibérales, des privatisations et des plans d’ajustement du FMI. Ils ont même tenté un coup d’État au Venezuela pour que la droite rance et pro-impérialiste de Guaidó profite du mécontentement du gouvernement autoritaire de Maduro. Mais très tôt, ils ont commencé à montrer leurs limites pour mener à bien ce programme réactionnaire.

Aujourd’hui, sans aucun doute, les processus les plus avancés de la lutte de classe sur le continent sont les “jours révolutionnaires” de l’Equateur et du Chili, qui, par leur ampleur, leur radicalisme et leur violence, rappellent les soulèvements qui ont mis fin aux gouvernements de la droite néolibérale entre la fin des années 1990 et le début des années 2000.

En Équateur, nous venons d’assister à un soulèvement populaire – ouvrier, indigène, paysan et étudiant – contre le paquet du FMI qui a forcé Lenín Moreno à retirer le décret d’ajustement. Il s’agit d’une victoire importante mais partielle, en grande partie à cause du rôle des directions du mouvement de masse, en particulier Conaie, qui a étouffé la demande pour la chute du gouvernement. La situation reste dangereuse pour la bourgeoisie. Moreno a survécu, mais il reste un gouvernement très faible et un mouvement de masse qui a fait l’expérience que le moyen de vaincre les plans d’ajustement est la lutte.

Au Chili, l’augmentation des tarifs des transports publics a fait exploser la haine accumulée contre le gouvernement de Piñera, une sorte de Macri chilien, et remet en question l’héritage de la dictature de Pinochet. Après une journée de combats et de mobilisations qui ont défié l’état d’exception, Piñera a retiré l’augmentation, mais il reste à voir si cette mesure minimale prise par un gouvernement battu est suffisante pour arrêter la dynamique du soulèvement qui a pris la situation.

Cette entrée en scène du mouvement de masse et de la “lutte de rue” dans les pays voisins conditionnera sans doute le prochain gouvernement issu des élections en Argentine, qui sera certainement péroniste à ce stade, dans sa tâche d’appliquer les ajustements requis par le FMI. Et même remettre en question le plan de guerre néolibéral de Bolsonaro au Brésil.

Les premiers processus de résistance qui ont donné lieu à la crise capitaliste, comme les grèves générales en Grèce ou le processus d’indignation en Espagne, ont été capitalisés par des variantes néo-réformistes qui ont fini par contribuer à la défaite, comme la Syriza qui a appliqué le plan d’ajustement de la Troïka, ou Podemos, qui a permis la déviation et recomposition de la démocratie sociale néolibérale du PSOE.

Ce retour de la lutte de classe, avec de véritables rébellions populaires qui défient la légalité bourgeoise, ouvre de nouvelles perspectives pour la construction d’une gauche révolutionnaire, anticapitaliste, ouvrière et internationaliste qui ne peut se développer sans ce type de phénomènes.

Dans ce cadre, les tâches préparatoires que nous avons effectuées à partir du STP prennent une signification nouvelle, comme la présence politique dans la vie nationale conquise par la FIT-U, l’intervention dans différents événements de la lutte de classe, la mise en place du Daily Left et la préparation théorique et stratégique d’une force militante pour intervenir dans les moments décisifs. Au niveau international, avec les organisations sœurs du STP qui composent la Fraction trotskyste pour la Quatrième Internationale, nous avons promu le Réseau international de journaux en 8 langues, présent dans les principaux événements de la lutte de classe : en France, la Révolution permanente est devenue une des voix des luttes des ” débardeurs “, tout comme la gauche quotidienne au Chili donne aujourd’hui une voix à ceux qui s’élèvent pour s’opposer à Piñera dans l’état de siège de la ville. Et à Barcelone et dans l’État espagnol nous sommes présents dans les mobilisations et la lutte contre l’offensive réactionnaire du régime monarchique en reflétant à tout moment les événements avec IzquierdaDiario.es comme EsquerraDiari.Cat en catalan.

Face à la prévision inquiétante d’une nouvelle récession mondiale et dans le contexte de conflits croissants entre puissances impérialistes, nationalisme et militarisme, les tendances à l’irruption populaire vont se multiplier. Nous devons nous préparer à une période où l’action de masse donne lieu à des situations pré-révolutionnaires ou directement révolutionnaires, ainsi qu’à des coups contre-révolutionnaires. Des formes plus tranchantes de lutte des classes sont venues s’installer.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

WRP Explosion

%d bloggers like this: