Le marxisme et la guerre au Donbass

Leave a comment

30/08/2015 by socialistfight

Par Victor Shapinov 29/08/2015 Translated into English by Greg Butterfield  et traduction française par Yao Wenyan

Please copy on French websites

Borotba est souvent critiqué pour soutenir les républiques populaires du Donbass, par le fait que nos camarades se battent dans la milice et aident à l’édification pacifique de la nation au Lougansk (LC) et au Donetsk (DNR). Cette critique est entendue non seulement des anciens gauchistes qui ont succombé à la ferveur nationaliste et ont soutenu d’abord Maidan et après Kiev et sa guerre de conquête du Donbass. D’autres nous critiquent du point de vue du “pacifisme marxiste» se faisant appeler “la nouvelle Zimmerwald.”

1914 = 2014?

Les “zimmerwaldiens” comparent le plus sérieusement du monde la guerre dans le Donbass avec la Première Guerre mondiale. Les parallèles historiques sont toujours risqués. Un tel parallèle est tout à fait dénué de sens. Lors de la Première Guerre mondiale de 1914-1918, les blocs de pays impérialistes étaient de force à peu près égale et se disputaient les marchés, les sources de matières premières, et les colonies. La victoire du bloc anglo-français, facile de voir avec le recul, ne fut pas si évident pour les contemporains de la guerre, même pour les marxistes. Par exemple, Lev Kamenev, un des leaders des bolcheviks, a prédit la victoire allemande dans la guerre.

En 1914, une bataille mortelle a confronté les deux centres d’accumulation du capital, les deux systèmes de division capitaliste du travail, avec leurs centres à Londres et à Berlin. Ces systèmes avaient atteint les limites de leur expansion géographique dans les années 1870, leurs frontières se heurtant les unes aux autres. Le dernier acte de cette expansion était la division rapide du continent africain entre les grandes puissances.

Le choc de ces divisions du travail (L’allemand-centrale européenne, l’anglo-français, l’américain et le japonais) a été la cause économique de la première et deuxième guerre mondiale. Après la Seconde Guerre mondiale, il n’y est resté qu’un seul de tels systèmes – celui dirigée par les Etats-Unis. Dans les années 1940, il a incorporé les systèmes européens et japonais, dans les années 1970, il a absorbé les anciennes colonies, dans les années 1980 la Chine et les démocraties populaires d’Europe orientale, et dans les années 1990 l’Union soviétique.

La réaction droitière néolibérale de Reagan-Thatcher a donné à ce système sa forme finie actuelle. Au cœur de ce système se trouvent : la Réserve Fédérale US, en tant qu’organisme produisant la monnaie de réserve mondiale, le FMI, l’OMC et la Banque mondiale.

Après 2008, le système est entré dans une période de crise systémique, dont les causes j’ai examiné ailleurs, et la décadence progressive. À la suite de cet effondrement, les élites capitalistes de certains pays ont commencé à contester les «règles du jeu» fixées par Washington, parce que le système résultant actuel n’était plus aussi attrayant qu’il l’était avant la crise.

Ainsi, nous ne disposons pas des deux blocs accrochés dans une épreuve de force mortelle (comme en 1914), mais une situation toute nouvelle, sans analogie historique, où le système tombe en panne et commence à tomber en morceaux, et certains groupes capitalistes (organisés en nations-états et avec quelques formations transnationales) essaient de réviser le cadre actuel du système, tandis que d’autres groupes (les «comités régionaux» de Washington), au contraire, se maintiennent sur ce statu quo et cherchent à punir ceux qui empiètent sur les principes sacrés du système.

Les conflits au sein du système sont liées à ses contradictions internes, plutôt qu’à un affrontement entre les différents centres d’accumulation du capital et de leurs systèmes de division du travail, tel que c’était en 1914 et 1939.

L’impérialisme moderne est un système mondial

Ceux qui présentent le conflit en Ukraine comme une lutte entre l’impérialisme russe et américain ‘à la 1914’, ont des compétences analytiques au niveau du propagandiste Dmitry Kiselyov, qui menaçait de transformer l’Amérique en «cendre nucléaire.” La Russie et les Etats-Unis ne sont pas comparables dans leur pouvoir économique; ils se battent dans des catégories de poids différents. En outre, il n’y a pas «d’impérialisme russe», et même «l’impérialisme américain» dans le sens de 1914 ne existe pas. Il y a un système impérialiste mondial hiérarchisé avec les États-Unis à sa tête. Il y a une classe capitaliste russe qui, dans cette structure, ne réside pas sur le premier ou même le second «niveau», et qui a essayé de relever son «statut» dans cette hiérarchie et est maintenant effrayée par sa propre audace, après avoir rencontré la résistance d’un Occident uni.

Imaginez un instant que la Russie est vraiment un pays impérialiste à la 1914, qu’elle est, comme le fut l’Italie un «impérialisme des mendiants.” Cette Russie a vraiment des intérêts impérialistes en Ukraine, liés principalement au transport des hydrocarbures, et dans une bien moindre mesure dans des actifs industriels. Cependant, ce ne sont pas les intérêts pour lesquels elle aurait délibérément risquée une détérioration de ses relations avec l’Occident.

Dans la crise ukrainienne, les élites capitalistes russes n’ont mené aucune stratégie impérialiste délibérée, ils ont seulement répondu aux défis d’une situation qui se développait rapidement. Ces réactions ont été timides, contradictoires, incompatibles – démontrant à l’observateur attentif l’absence de stratégie.

Ainsi que la situation se développait à la suite du coup d’Etat en Ukraine et au début du soulèvement en Crimée et au Sud-Est, les dirigeants russes ont fait face à un dilemme difficile. Ne pas intervenir et ne pas soutenir la population de la Crimée et du Sud-Est signifiait perdre toute sa légitimité aux yeux de sa propre population, au milieu d’une situation économique qui se détériorait, lourde de crise politique, beaucoup plus forte qu’en 2011. Intervenir signifiait rompre avec le Occident, avec des résultats imprévisibles. En fin de compte, ils ont choisi l’option du milieu – l’intervention en Crimée, mais pas dans le Sud-Est.

Toutefois, lorsque le soulèvement en Donbass s’est déplacé de pacifique en armé, la Russie était obligée d’offrir son aide. Elle l’a dû, parce que la répression militaire des rebelles avec le consentement tacite de la Russie aurait été un coup catastrophique pour l’image des autorités russes au pays. Mais ce soutien a été donné à contrecœur. Poutine a publiquement appelé les gens à ne pas organiser un référendum sur l’indépendance de la DNR et de la LC, et le flux significatif d’aide militaire n’a commencé qu’après l’abandon de Slavyansk, quand la capitale de Donetsk était sous la menace de tomber devant l’armée ukrainienne.

Ce soutien a suscité le mécontentement et de la résistance parmi la majorité de l’oligarchie russe, qui ne rêve pas de restaurer l’Empire russe, mais d’un partenariat mutuellement bénéfique avec l’Occident.

Les parallèles historiques: Espagne 1936, Irlande 1916, Kurdistan syrien 2015

Est-il possible de soutenir les républiques (LC et DNR) même quand le régime bourgeois de Russie essaie d’instrumentaliser la révolte et de l’utiliser dans ses propres intérêts géopolitiques?

Faisons une analogie historique. Il me semble que cela s’applique plus que l’analogie avec la situation de la Première Guerre mondiale.

1936. Il y avait une guerre civile en Espagne. Imaginons que l’Union Soviétique, pour une raison ou une autre, ne pouvait pas ou ne voulait pas aider la République espagnole, et les bourgeoisies de Grande-Bretagne et de France, au contraire, fournissaient un soutien, envoyaient des fournitures militaires et de l’aide humanitaire, et accordaient des prêts et même envoyaient des experts militaires pour aider l’armée et la police républicaine. Naturellement, l’élite capitaliste de la Grande-Bretagne et la France poursuivaient leurs propres objectifs : au même temps, le maintien de l’Espagne dans son propre système d’investissement et de commerce dans le contexte d’une confrontation émergente avec le bloc allemand.

Devrait la gauche, sur cette base, refuser de soutenir la lutte antifasciste des républicains espagnols? Bien sûr que non.

Un autre exemple: l’Insurrection de Pâques des Républicains Irlandais contre l’Empire britannique en 1916. Tous ceux qui se disent de gauche honorent cet épisode héroïque de la lutte anti-impérialiste du peuple irlandais.
Pendant ce temps, l’une des principales factions de l’insurrection – la Fraternité Républicaine Irlandaise – en 1914, au début de la guerre, a décidé de se révolter et de prendre toute l’aide allemande offerte. Un représentant de la Fraternité a voyagé en Allemagne et a obtenu l’accord pour une telle assistance. Il n’a pas été fourni seulement parce que le navire allemand transportant les armes a été intercepté par un sous-marin britannique en mer.

Lénine a soutenu inconditionnellement la rébellion irlandaise, malgré le fait qu’elle était beaucoup moins “prolétarienne” que la révolte dans le Donbass. Et en ces jours, il y avait des gauchistes qui ont appelé la rébellion irlandaise un «putsch», un «mouvement petit-bourgeois purement urbaine, qui, malgré la sensation qu’il a causé, n’avait pas beaucoup de soutien social ». ” Lénine leur répondit: «Celui qui appelle une telle rébellion un «putsch», est soit un réactionnaire endurci, soit un doctrinaire totalement incapable d’envisager une révolution sociale comme un phénomène vivant “. (1)

Malgré le soutien apparent des Allemands, pour ne pas mentionner le fait que le soulèvement à l’arrière de l’Empire britannique “faisait le jeu» de l’impérialisme allemand, les vrais socialistes ont soutenu les républicains irlandais. Les soutenir, malgré le fait que des bourgeois et des petits-bourgeois nationalistes irlandais combattaient ensemble avec le socialiste James Connolly et ses partisans. Bien sûr, Connolly a dit qu’une déclaration d’indépendance sans la formation d’une république socialiste serait en vain. Mais la gauche du Donbass dit la même chose aussi.

Pourquoi l’exemple irlandais ne concernerait pas le Donbass, un exemple de l’époque de la Première Guerre mondiale, où le soi-disant “zimmerwaldiens” en sont si friands?

Mieux, prenons un exemple moderne. Il n’est pas un secret que la milice kurde en Syrie qui lutte contre les fascistes islamiques, reçoit le soutien des États-Unis. Sur cette base, la gauche devrait-elle refuser de soutenir les Kurdes du Kurdistan syrien? Bien sûr que non.

Au fil des années, la résistance palestinienne à l’occupation israélienne a également compté avec le soutien de la bourgeoisie et des régimes non démocratiques au Moyen-Orient, et le rapport des éléments avancés et progressistes dans la direction palestinienne était généralement beaucoup moins avantageux pour les forces de progrès que dans le Donbass. Toutefois, la gauche a toujours soutenu le mouvement de libération de la Palestine.

Mais au Donbass, certains gauchistes appliquent un double standard, cherchant avec diligence des excuses pour condamner la DNR et le LC, leur permettant de prendre une position de pacifisme indifférent. Les véritables socialistes n’ont jamais tenu une telle position. “L’indifférence envers la lutte ne signifie pas, par conséquent, s’exclure de la lutte, l’abstinence ou la neutralité. L’indifférence n’est que le soutien tacite des puissants, des oppresseurs “, écrivait Lénine. (2). Se tenant à l’écart dans une posture individuelle, les soi-disant “zimmerwaldiens » s’alignent réellement avec les autorités de Kiev, qui mènent une opération punitive contre les rebelles.

La guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens

«La guerre n’est rien de plus que la continuation de la politique par d’autres moyens», a écrit le théoricien militaire Carl von Clausewitz. Cette déclaration est reconnue avec approbation par les classiques du marxisme. (3)

Quelles sont les politiques poursuivies par Kiev et par les républiques du Donbass? Pour justifier une position “neutre”, les “zimmerwaldiens” imaginaires essaient de prouver que ces politiques sont les mêmes. “Tous les chats sont gris” – est le sommet de leur sagesse «marxiste».

La guerre mondiale de 1914-1918 était vraiment une continuation des mêmes politiques de la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie, la Russie – des politiques de pillage colonial, une lutte pour des colonies et des marchés, une lutte pour la destruction des concurrents impérialistes. La guerre russo-japonaise de 1904-1905 était aussi une continuation des mêmes politiques.

Cependant, il serait insensé de prétendre qu’il pourrait y avoir une guerre civile où les parties poursuivent la même politique. L’essence de la guerre civile est d’imposer leurs propres politiques sur l’ennemi, pour briser sa force politique et supprimer les classes sociales ou les couches qui mènent cette politique. Le Nord et le Sud du Vietnam ont pratiquées des politiques différentes, qui ont mené à une guerre civile. Différentes politiques sont également menées, par exemple, par le régime de Bachar al-Assad et l’État islamique, Al-Qaïda et d’autres islamistes en Syrie. Différentes politiques ont guidé la République espagnole et Franco dans les années 1936-1939. Différentes politiques ont été poursuivies par Mouammar Kadhafi et ses opposants lors de la guerre civile en Libye en 2011.

Donc, la guerre civile en Ukraine n’est pas la continuation de la même politique. Quelles sont les différentes politiques de Kiev et de Donbass?

Politiques de Kiev

Les politiques de Kiev dans la guerre civile sont un prolongement logique des politiques de l’EuroMaidan. Cette politique a plusieurs composantes:

1. “L’intégration européenne” et la subordination à l’impérialisme. Le premier slogan du Maidan a été la soi-disant “intégration européenne”, qui, en termes économiques signifie la capitulation des marchés ukrainiens aux sociétés européennes, la transformation de l’Ukraine en une colonie de l’Union européenne en tant que source de matières premières et des travailleurs migrants –slaves, sans droits. Aujourd’hui, plus d’un an après la victoire de Maidan, les résultats économiques se font déjà sentir si profondément qu’ils ne peuvent plus être ignorées, même par les plus purs et durs des “euro-optimistes.” (4)

Le nouveau régime de Kiev a aussi finalement abandonné la souveraineté et devenu un Etat fantoche. La solution du conflit interne au sein du régime de Kiev, entre le président-oligarque Petro Porochenko et le gouverneur-oligarque Igor Kolomoisky, est venu par le biais d’un appel à l’Ambassade des États-Unis. La remise de la région militaire et logistique stratégique Odessa sur le contrôle direct d’un protégé des États-Unis, l’ancien président géorgien Mikhaïl Saakachvili, témoigne clairement de cet arrangement.

2. Le néolibéralisme. Le gouvernement post-Maidan a toujours mené des politiques dictées par le FMI. Et ce n’est pas «tricher» avec les attentes de Maidan. Tout cela a été ouvertement déclaré à la tribune de Maidan, et les forces politiques qui ont mené le mouvement tout le long ont constamment favorisé le néolibéralisme économique. Le mouvement vers la privatisation tous azimuts et la destruction systématique des restes de l’État providence – est l’essence des politiques économiques du régime Porochenko-Iatseniouk. Les lecteurs de gauche n’ont probablement pas besoin de moi pour expliquer la nocivité de ces politiques pour la classe ouvrière et d’autres secteurs populaires.

3. Nationalisme et fascisme. Des nationalistes et des fascistes ouverts ont réussi à imposer leur ordre du jour par Maidan. Notre organisation a écrit dans l’hiver 2014: «Le succès incontestable des nationalistes est due au fait que, en raison de leur haut niveau d’activité, ils ont réussi à imposer un leadership idéologique sur le mouvement Euromaïdan. Ceci est démontré par les slogans qui sont devenus une sorte de «mot de passe» pour les rassemblements de masse et des militants sur Maidan Square. Des slogans tels que: «Gloire à l’Ukraine – gloire aux héros!», Qui, avec le lever de la main droite avec la paume redressé, est devenu le salut officiel de l’Organisation des nationalistes ukrainiens en Avril 1941. Et: «Gloire à la nation, mort à l’ennemi !»Et: «L’Ukraine avant tout »(copié du slogan allemand tristement célèbre,« Deutschland über alles »), et « Qui ne saute pas est un Moscovite » Le reste des partis de l’opposition n’avait pas de ligne idéologique claire ou un ensemble de slogans, laissant l’opposition libérale adopter les slogans nationalistes et le programme nationaliste “. (5)

Ainsi, l’alliance néolibérale-nazie a été formée. Les néolibéraux ont adopté le programme politique des fascistes ukrainiens et les nazis étaient d’accord avec la réalisation de la ligne néolibérale dans l’économie. Cette alliance a été «consacré» par les représentants de l’impérialisme, tels Catherine Ashton, Victoria Nuland, et John McCain.

Un autre point important dans la fascisation de la société après Maidan était la légalisation de groupes paramilitaires nazies et l’intégration des nazis dans les organismes de répression de l’Etat.

4. La violente répression des opposants politiques, la répression, la censure des médias, l’interdiction de l’idéologie communiste. Il n’est pas nécessaire de donner des exemples, car cela est de notoriété publique.

5. Le mépris pour la classe ouvrière, le «racisme de classe». Implantée à Maidan, sous la direction de l’oligarchie, l’idéologie du bloc social de l’intelligentsia nationaliste et de la “classe moyenne” des petits propriétaires a infecté l’homme de l’occident ukrainien “de la rue” qui définit clairement son ennemi de classe: le « bétail » du Donbass. Avec ce «racisme de classe» contre la majorité de la classe ouvrière du Sud-Est, l’oligarchie a mobilisée de larges couches sociales autour de lui, menant même des personnes pauvres dans les rues de Kiev pour soutenir des politiques dans les intérêts des milliardaires Kolomoisky et Porochenko.

Tels sont les principaux éléments de la politique du nouveau régime de Kiev. Ceci est la politique de classe du capital transnational impérialiste et de l’oligarchie capitaliste ukrainienne, qui tente d’échapper à la crise au détriment de la classe ouvrière. Cette politique est basée sur l’utilisation de la petite bourgeoisie, la soi-disant «classe moyenne», comme sa force de frappe. Dans les années 1930, ce conception de la dictature politique dans les intérêts des grandes entreprises a été appelée le fascisme.

Les politiques au Donbass

Vu que l’indépendance des territoires libérés par les rebelles des régions de Donetsk et de Lougansk vient d’être créé, il est probablement trop tôt pour tirer des conclusions définitives sur les politiques de la DNR et de la LC. Cependant, nous pouvons mettre en évidence certaines tendances.

1. L’antifascisme. Les rebelles de tous bords politiques caractérisent certainement de fasciste le régime établi à Kiev après Maidan. Souvent sans une compréhension scientifique claire du fascisme, ils rejettent néanmoins les caractéristiques suivantes du régime Kiev: le nationalisme extrême, la politique linguistique chauvine, l’anti-communiste et l’antisoviétisme, la répression des opposants politiques, l’exonération des criminels et des collaborateurs de guerre nazis.

2. Anti-oligarchisme. Le rôle de l’oligarchie ukrainienne, en tant que commanditaire principal et bénéficiaire du coup droitier nationaliste et de Maidan, est devenu un élément essentiel de la conscience du mouvement de résistance dans le Sud-Est. Aussi, au cours de l’hiver et du printemps 2014, la dépendance et la subordination complète de l’oligarchie ukrainienne à l’impérialisme dirigé par les États-Unis, sont devenues évidentes. Un bon exemple est le comportement du «maître du Donbass” et l’un des principaux sponsors du Parti des Régions, Rinat Akhmetov. Cet oligarque “amical” de Donetsk, après une conversation avec la représentante du département d’Etat américain Victoria Nuland, a ouvertement soutenu Maidan, faisant une déclaration spéciale au nom de la SMC Corporation. Puis, ses compatriotes pouvaient voir Rinat Akhmetov lors de l’inauguration du ” président Maidan ” Petro Porochenko.

À cet égard, on peut affirmer: que pour les rebelles du Donbass et les masses impliquées dans le mouvement de résistance dans le Sud-Est, les slogans anti-oligarchiques ne sont pas du pur « populisme ». Ces masses, à partir de leur propre expérience politique, comprennent le rôle du sommet de la classe dirigeante – l’oligarchie politique ukrainienne.

Cela distingue le mouvement progressiste de masse dans le Sud-Est du mouvement réactionnaire de masse de Maidan. Quelques timides slogans anti-oligarchiques ont également été entendus à Maidan, mais ils n’allaient pas au-delà des limites inhérentes à la démagogie sociale d’extrême droite et du populisme – preuve directe de cela a été l’élection par les masses pro-Maidan de l’oligarque Porochenko à la présidence, ainsi que l’approbation de la nomination de oligarques tels que Igor Kolomoisky et Sergei Taruta à des postes clés.

3. Des politiques anti-néolibérale. Une caractéristique importante de la vie interne des républiques Donbass est la tendance vers des modèles sociaux-démocratiques, keynésiens de développement économique, le capitalisme d’Etat socialement orienté. Bien que ce soit seulement une tendance, bien qu’une importante, elle est à l’opposé de la politique économique des autorités de Kiev. Des mesures tentatives pour nationaliser les actifs stratégiques (tels que les chaînes de vente au détail, les mines, etc.) ont été reçues avec joie par la population. Alexandre Borodaï, qui se distingua en déclarant que “nous ne réalisons pas des nationalisations, parce que nous ne sommes pas communistes,” a quitté la direction de la DNR. Au contraire, les dirigeants des républiques non seulement prennent des mesures pour retourner une partie de l’industrie, du commerce et de l’infrastructure en propriété de l’Etat, mais aussi encouragent activement ces mesures auprès de la population.

4. L’amitié des peuples, l’internationalisme et le nationalisme russe. Tous ceux qui ont été dans le Donbass notent le caractère international de la région. Des tendances dangereuses de nationalisme russe en réponse au chauvinisme ukrainienne des nouvelles autorités de Kiev ne se sont pas développées d’une manière sérieuse (bien que le danger a été activement exploité par les adversaires des républiques populaires à des fins de propagande). Au contraire, l’officialisation de la langue ukrainienne comme deuxième langue officielle dans une région presque entièrement russophone démontre l’intention de mener une politique démocratique sur les nationalités et sur la langue. Il a été aussi un signal important que l’anniversaire du poète national ukrainien Taras Chevtchenko soit officiellement célébré à Donetsk et Lougansk. Cela montre que le leadership de la République comprend l’importance de présenter une alternative à la politique culturelle chauvine et répressive sur la langue de Kiev.

En outre, il n’y a pas de développement sérieux d’un autre danger – la cléricalisation du mouvement de résistance. Malgré le fait que l’Eglise orthodoxe est mentionné dans plusieurs documents des démocraties populaires, les forces cléricales ne jouent pas un rôle déterminant ou important dans la vie sociale du Donbass. Le mouvement de résistance est de nature principalement laïque, et l’influence de la religion et de l’église ne va pas au-delà de ce qu’elle était dans la période d’avant-guerre en Ukraine. Ce qui la distingue des forces de Maidan, dans lesquelles l’Église gréco-catholique a joué un rôle important (avec prières quotidiennes lues à partir de la tribune officielle de Maidan, chants religieux chantés par la foule, etc.).

Tels sont les principaux éléments de la politique des démocraties populaires de Donbass. Bien sûr, cette politique n’est pas socialiste. Mais elle laisse la place à la gauche, aux communistes, pour participer à un tel mouvement sous leur propre bannière, avec leurs propres idées et slogans, sans abandonner leurs propres vues et programme. Le mouvement Maidan et le régime post-Maidan, axée depuis le début sur l’anticommunisme militant, ne permettent pas de telles possibilités.

Ayant examiné en détail le type de politiques que les deux parties poursuivent dans la guerre civile, nous pouvons conclure que cette politique n’est pas la même du point de vue de la gauche, des forces anticapitalistes. Le soi-disant zimmerwaldiens, affirmant que “les deux parties sont les mêmes” montrent qu’ils sont incapables de procéder à une analyse des politiques de Kiev et de Donbass, ou (plus probablement) qu’ils sont des hypocrites.

Guerres justes et injustes

L’attitude des marxistes devant la guerre ne peut pas être réduite à l’exemple unique de la Première Guerre mondiale. Les marxistes ont toujours soutenu les guerres des opprimés contre les oppresseurs, considérant la retraite dans le pacifisme et l’indifférence dans le cas d’une guerre juste de n’être que de l’hypocrisie bourgeoise et un soutien caché pour les forces dominantes.

Oui, même dans la Première Guerre mondiale, ces socialistes qui ne se déshonorèrent pas par la trahison, qui ne se sont pas placés au service des gouvernements impérialistes, ils n’étaient pas seulement partisans de mettre fin à la guerre fratricide, où les travailleurs d’un pays tuent les travailleurs d’un autre pays pour les intérêts étrangers de l’élite capitaliste; ces socialistes préconisaient transformer la guerre impérialiste en guerre civile. Ils ont dit que les opprimés doivent tourner leurs armes contre leurs propres oppresseurs, en utilisant l’armement massif du peuple comme un outil pour la révolution sociale.

«L’histoire a connu dans le passé (et très probablement aura à connaitre dans le futur) des guerres démocratiques et des guerres révolutionnaires qui remplacent tout sort des « droits » et toute forme de démocratie par la violence, lors de la guerre. Néanmoins, leur contenu social et ses implications, servent la cause de la démocratie, et par conséquent du socialisme “, écrivait Lénine. (6) C’est ce genre de guerre que nous avons maintenant dans le Donbass.

Telle était la position de véritables zimmerwaldiens de gauche. Les imaginaires »zimmerwaldiens” de Kiev, qui appellent au désarmement des deux côtés du conflit, placent un signe d’égalité entre les rebelles, d’une part, et les troupes régulières contraintes et les bataillons de volontaires néo-nazis, de l’autre.

Demander le désarmement des milices rebelles est une pétition pour leur reddition, et il est peu probable que les autoproclamés zimmerwaldiens ne comprennent pas cela.

Bien sûr, toute guerre signifie sang et souffrances, mais arrêter cette guerre par une capitulation complète de l’insurrection signifie que le sang a été versé en vain. En outre, cela signifie la vengeance et la répression des forces nationalistes contre la population du Donbass.

Notes:

(1) Lénine a écrit plus loin: «Imaginer que la révolution sociale est concevable sans révoltes des petites nations des colonies et en Europe, sans des explosions révolutionnaires par une section de la petite bourgeoisie avec tous ses préjugés, sans un mouvement politique du prolétariat non-conscient et de masses semi-prolétariennes contre l’oppression par les propriétaires fonciers, l’église, et la monarchie, contre l’oppression nationale, etc., imaginer tout cela est répudier la révolution sociale. Ainsi, une armée s’aligne dans un seul endroit et dit: «Nous sommes pour le socialisme», et une autre s’aligne ailleurs et dit: «Nous sommes pour l’impérialisme», et ce serait cela une révolution sociale! Seuls ceux qui détiennent une telle vision ridiculement pédante peuvent vilipender la rébellion irlandaise en l’appelant un «putsch».

“Quiconque attend une révolution sociale ‘pure’ ne vivra jamais pour la voir. Une telle personne parle du bout des lèvres de la révolution sans comprendre ce qui est une révolution.

«La Révolution russe de 1905 était une révolution démocratique-bourgeoise. Elle a consistée en une série de batailles dans lesquelles toutes les classes, les groupes mécontents et les éléments de la population ont participé. Parmi ceux-ci il y avait des masses imbues des préjugés les plus grossiers, avec des objectifs le plus vagues et les plus fantastiques sur la lutte; il y avait des petits groupes qui ont accepté de l’argent japonais, il y avait des spéculateurs et aventuriers, etc. Mais objectivement, le mouvement de masse brisait l’échine du tsarisme et ouvrait la voie à la démocratie; pour cette raison, les travailleurs conscients de classe l’ont conduit.

“La révolution socialiste en Europe ne peut pas être autre chose qu’une explosion de lutte de masse de la part de tous et des divers éléments opprimés et mécontents. Inévitablement, des sections de la petite bourgeoisie et des ouvriers arriérés y participeront. Sans cette participation, la lutte de masse est impossible, sans elle pas de révolution possible et tout aussi inévitablement vont-ils mettre en mouvement leurs préjugés, leurs fantaisies réactionnaires, leurs faiblesses et leurs erreurs. Mais objectivement ils attaqueront le capital, et l’avant-garde de la conscience de classe de la révolution, le prolétariat avancé, exprimant cette vérité objective d’une lutte de masse bigarrée et discordante, bigarrée et à l’extérieur fragmenté, seront en mesure de l’unir et de la diriger, prenant le pouvoir, saisissant les banques, expropriant la finance qui détestent tous (quoique pour des raisons différentes!), et il introduira d’autres mesures dictatoriales qui dans leur totalité atteindront le renversement de la bourgeoisie et la victoire du socialisme, qui, cependant, ne se ‘purgerait’ pas lui-même immédiatement du bourbier petit-bourgeois “.

De “Résumé de la discussion sur l’autodétermination ” Juillet 1916

(2) V.I. Lénine, “Le Parti socialiste et les révolutionnaires sans-parti», nov.-déc. 1,905

(3) Par exemple: “Dans le cas de guerres, la position de base de la dialectique … est que « la guerre est une simple continuation de la politique par d’autres (violents) moyens. »Tel est le libellé de Clausewitz. … Et il était toujours le point de vue de Marx et Engels, qui ont vu chaque guerre comme une continuation de la politique de la puissance intéressée – et les différentes classes en leur sein – à cette époque “VI. Lénine, Œuvres Choisies (édition russe), 5 éd., Vol. 26, p. 224

(4) Il convient de rappeler que ces gauchistes, qui, aujourd’hui, tentent de se faire passer pour “zimmerwaldiens,« ont entièrement pris en charge la même politique qui a été poursuivi lors de la guerre contre le Donbass. Voici ce que ces Liebknechts imaginaires de Kiev ont écrit: “Nous exigeons la signature de l’Accord d’Association avec l’Union Européenne et nous sommes convaincus que cela renforcera la démocratie, accroîtra la transparence au sein du gouvernement, conduira au développement d’un système judiciaire équitable et limitera la corruption.” (http://gaslo.info/?p=4541)

A ce moment, nous écrivions: “L’Euro-hystérie a balayé le mouvement politique” de la gauche en dehors du Parti communiste. “Un groupe anarchiste a publié une brochure, qui ne mentionne pas que les anarchistes européens s’opposent activement à l’UE – ‘. seulement les mantras habituels « d’Auto-organisation». Un petit groupe trotskyste a été photographié sur le bord de la foule Maidan, chantant «Gloire à la nation! ! Mort aux ennemis » et a publié une déclaration qui pourrait embellir le site de toute ONG libérale: « Nous exigeons la signature de l’Accord d’Association avec l’Union européenne et nous sommes confiants qu’il contribuera à une plus grande démocratie … »bla bla bla.

“Camarades de la gauche, il est temps de se rappeler ce qui est l’opportunisme. Ce n’est pas nécessairement la participation aux élections (le système parlementaire peut être utilisé d’une manière révolutionnaire). L’opportunisme est – entre autres choses – l’adaptation de la politique à l’humeur de la foule, à la mode du jour, et, finalement, aux intérêts des classes étrangères.

“Ces gauchistes ukrainiens qui ont retiré de leurs déclarations les slogans contre l’UE, commun à toute la gauche européenne, sont sur cette voie. Une suppression de sorte les permettra, seront autorisés de rester sur le trottoir de l’euromaïdan’ … dont la victoire non seulement ne va pas aider à la diffusion des notoires valeurs européennes, mais, au contraire, est la garantie pour mettre au pouvoir les nationalistes qui nous attaquent aujourd’hui.

“Ce sont des vrais gauchistes – ou tout simplement jouent-ils avec le bloc de la droite libérale? Peouvaient-ils convaincre sérieusement quelqu’un dans la foule euromaïdan? Non, au contraire, ils ont adapté leur ligne hystérique d’intégration européenne qui a balayé les masses petites-bourgeoises à Kiev, où 20 années de propagande de droite ont fait toujours danser la foule «démocratique» sur le chant «démocratique» : «Celui qui ne saute pas est un Moscovite. ». Ils enlevèrent tous les slogans contre l’impérialisme de l’UE, pour faire apparaître qu’ils « appartenaient » à la foule libérale nationaliste – bien que seule la gauche peut transmettre aux Ukrainiens des arguments contre l’UE, ce qui leur compatriote européens de gauche et des syndicalistes partagent. Ils ont succombé à l’humeur de leurs amis non-gauchistes. Et puis ils vont se sentir honteux de leurs actes, comme il fut embarrassant pour les partisans du «président du peuple» Iouchtchenko quelques années après la précédente “Maidan” – où quelques gauchistes aussi ont fait campagne, et avec le même succès.

“L’hystérie se calmera, mais le souvenir reste, camarades.”

(5) http://borotba.su/sergei-kirichuk-uchastie-nacionalistov-factor-padeniya-populyarnosti-maidana.html

(6) V.I. Lénine, «Réponse à P. Kievsky (Y. Piatakov),” Août-septembre 1916.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

WRP Explosion